Share

CAF : L’inamovible Issa Hayatou, candidat à un 8e mandat


Les règles du football changent mais Issa Hayatou reste. Président de la Confédération africaine de football (CAF) depuis 1988, le camerounais Issa Hayatou sera candidat à sa propre succession pour un 8e mandat. L’annonce a été faite à Libreville (Gabon) ce 13 janvier en marge du tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2019. Il aura face à lui Ahmad Ahmad, président de la Fédération malgache de football.

Hayatou, l’insubmersible

Rien n’ébranle Issa Hayatou. En 29 ans à la tête de la CAF il a tout vécu, affaires de corruption, enquêtes judiciaires, soupçons de favoritisme dans l’attribution de l’organisation des compétitions, blâmes du Comité international Olympique, etc. Issa Hayatou a une incroyable résilience.

Si la volonté de réforme de la CAF voulue par les fédérations africaines l’a contraint à limiter à 3 le nombre de mandats successifs à la tête de la CAF, le camerounais  a obtenu que la réforme ne prennent effet qu’après l’élection du (nouveau ?) président en 2017. Il peut ainsi espérer s’il était réélu de faire 2 autres mandats à la tête de la CAF en plus du mandat qu’il obtiendrait cette année.

Ahmad Ahmad en challenger

Ahmad Ahmad, le président de la Fédération malgache de football, qui affrontera Issa Hayatou dit vouloir placer sa candidature sous le signe de la transparence. Cependant, il est lui-même cité dans les affaires de corruption liées à l’attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar.

Son bilan à la tête de la fédération malgache est critiqué et peu d’observateurs croient en ses chances de devenir président de la CAF. D’autres imaginent qu’ils existeraient un deal entre Ahmad Ahmad et Issa Hayatou pour que le premier serve au second de caution démocratique dans une période la longévité à la tête des fédérations sportives internationales est de plus en plus critiquée. Dans l’opinion, on réclame aussi l’alternance dans le monde du football.


Leave a Comment