Share

RDC : Il y a 56 ans, Patrice Emery Lumumba se faisait assassiner


Ce 17 janvier marquera le 56e anniversaire de l’assassinat de Patrice Émery Lumumba, héros de l’indépendance du Congo, figure emblématique de l’émancipation africaine et de la défense de ses libertés. Nous lui consacrons un portrait.

Qui était-il ?

Patrice Émery Lumumba est né le 2 juillet 1925 à Onalua au Congo belge (aujourd’hui République Démocratique du Congo).

Élève dans un système pédagogique colonial dirigé par les missions catholiques qui n’enseignent qu’une éducation basique visant essentiellement à former des ouvriers ou des religieux, Lumumba décide de s’instruire lui-même en se plongeant dans les livres.

Quelques années plus tard, il sera employé au sein d’une société minière, puis entamera une carrière journalistique qui lui vaudra en 1954 d’acquérir une carte d’«?immatriculé?», attribuée par l’administration belge aux nationaux les plus remarquables (200 immatriculations sur 13 millions d’habitants).

C’est au cours de son expérience professionnelle au sein de la société minière que la conscience de Patrice Lumumba s’éveille. Il se rend compte du poids important des ressources naturelles de son pays dans l’économie mondiale. Il réalise également que malgré cela, les Congolais restent en marge de l’exploitation et la gestion de ces richesses.

Son combat

C’est à partir de là que Lumumba entame son combat pour un Congo uni (dans un contexte où tous les autres leaders séparatistes défendaient un Congo fédéral, plutôt organisé autour des bases ethniques).

Lumumba s’implique vite pour la cause congolaise, mais ne soutient pas tout de suite l’indépendance. Il crée en 1955 l’ «?APIC?» (Association du Personnel indigène de la Colonie) à travers laquelle il aura l’occasion de s’entretenir avec le roi Baudouin sur la situation sociale des Congolais. Catégorisé pro-belge, Lumumba avait l’avantage de maintenir des rapports avec les libéraux belges.

En 1958, Lumumba se rend à Bruxelles sur invitation pour l’exposition universelle. Il en sort agacé de la représentation peu flatteuse du peuple congolais qu’avait rendu l’exposition. Mécontent de constater l’image que les Belges se font du Congo, Lumumba s’éloigne peu à peu des libéraux et crée le 5 octobre 1958 le MNV (Mouvement National congolais) et affirme sa soif d’indépendance. Sa volonté séparatiste le rapprochera d’autres leaders avec lesquels il nouera des liens forts.

À cause de ses positions fermes sur le sujet de l’indépendance, Patrice Émery Lumumba s’est vite attiré la colère des autorités belges. Ces dernières vont essayer de le kidnapper, provoquant une émeute meurtrière au sein des populations. Il sera arrêté en janvier 1960 et condamné à 6 mois de prison.

Sa sentence ne durera que quelques jours puisque le 26 janvier 1960 il sera libéré afin de participer à une table ronde à Bruxelles entre les autorités belges et les délégués du peuple congolais. C’est au cours de cette réunion, face à des représentants congolais unis et déterminés, que Bruxelles concèdera au Congo son indépendance, fixée au 30 juin 1960.

Carrière politique

Les premières élections générales ont lieu en mai 1960, un mois avant l’indépendance. Joseph Kasa-Vubu en sort vainqueur et nomme Patrice Lumumba Premier ministre.

Au cours de son discours marquant l’indépendance du Congo à Léopoldville (actuelle Kinshasa) en juin 1960, Lumumba évoque devant le roi des Belges la lutte pour l’émancipation et affirme sa volonté d’exercer pleinement le droit de souveraineté politique que leur confère maintenant l’indépendance.

Après ce discours classé «?anti-belge?», des émeutes éclatent à plusieurs endroits du pays et des actions anti-belges sont menées un peu partout sur le territoire congolais. Lumumba profite de cette situation qui fait fuir bon nombre de Belges, pour évincer les officiers belges et revendiquer  «?l’africanisation?».

La réaction de la Belgique ne se fera pas attendre, des troupes seront déployées afin d’assurer la sécurité des ressortissants belges. C’est dans ce contexte tendu que Lumumba sera arrêté à Lodi le 2 décembre 1960, envoyé à Léopoldville puis au camp militaire Hardy de Thysville.

Assassinat

Après le camp militaire, Patrice Lumumba sera envoyé dans la province minière du Katanga qui lui était réputée hostile. Il y sera assassiné le 17 janvier 1961 à l’âge de 35 ans. Les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées. Certains affirment qu’on aurait fait fondre son corps dans de l’acide.

Héritage

Patrice Lumumba a été consacré héros national en 1966 par le général Mobutu et le jour de sa mort, le 17 janvier, est férié en RD Congo.

56 ans plus tard, dans un contexte africain où une partie des peuples sont en quête de démocratie et dénoncent l’oppression de leurs systèmes politiques?; Lumumba demeure plus que jamais un symbole et incarne les principes de liberté, d’égalité et de panafricanisme.

Selon lui, «?Le Créateur nous a donné cette portion de la terre qu’est le continent africain?; elle nous appartient et nous en sommes les seuls maîtres. C’est notre droit de faire de ce continent un continent de justice, du droit et de paix.?»

 

 

 

 


Leave a Comment