Share

La Guinée Equatoriale candidate pour rejoindre l’OPEP


Le Guinée Equatoriale, petit pays enclavé entre le Gabon et le Cameroun souhaite rejoindre l’organisation internationale des pays producteurs de pétrole (OPEP). À la suite du Gabon qui a réintégré l’OPEP au 3e trimestre 2016, les autorités de Malabo, malgré une production relativement faible par rapport aux autres membres de l’organisation (hors Gabon), souhaitent-elles aussi siéger à la table du cartel pétrolier.

Comparée au Nigéria ou à l’Angola, la Guinée Équatoriale n’est pas un grand producteur de pétrole. En 2015, la production de brut en Guinée Equatoriale était évaluée à 268 000 barils/jour (contre 2 322 000 barils/jour pour le Nigéria et 1 856 000 barils/jour pour l’Angola). La production équato-guinéenne, bien qu’en déclin, la classe cependant au 7e rang africain et au 35e rang mondial.

Classement des pays africains producteurs de pétrole en 2015

Si la candidature de la Guinée Equatoriale était acceptée, le pays deviendrait le 6e africains à siéger au sein de l’organisation et le 14e membre. Pour les autorités équato-guinéennes, leur pays y a toute sa place « Depuis des décennies, la Guinée équatoriale enregistre d’excellents résultats et s’est forgée une réputation de fournisseur de pétrole fiable, auprès de clients des quatre coins du monde. Nous sommes convaincus que les intérêts de la Guinée équatoriale sont en totale adéquation avec ceux de l’OPEP, visant à servir les meilleurs intérêts du secteur, de l’Afrique et de l’économie mondiale », a indiqué Gabriel Mbaga Obiang en annonçant à la presse la candidature de son pays.

Même si l’adhésion de la Guinée Equatoriale à l’OPEP doit encore être approuvée par ses membres, il y a peu de doutes quant à l’acceptation de cette demande. Le Gabon dont la production de pétrole est inférieure à celle de la Guinée Equatoriale n’a eu aucun mal à réintégrer en 2016 l’organisation qu’il avait quittée en 1995.


Leave a Comment