Share

Cameroun : La filiale de Bolloré « entièrement responsable » de l’accident mortel d’Eseka


Le 21 octobre 2016, un train de la Camrail assurant la desserte entre Yaoundé et Douala (Cameroun) a déraillé. Le bilan officiel a fait état de 79 morts et environ 600 blessés. Le choc et la gravité de cet accident avaient conduit les autorités camerounaises à ouvrir une enquête pour en rechercher les causes. Selon les éléments du rapport de l’expert Benoit Essiga, rendus publics, Camrail, filiale du groupe français Bolloré, est considérée comme ayant une « responsabilité totale et entière » dans la catastrophe ferroviaire d’Eseka.

Système de freinage défaillant et surcharge

Benoit Essiga, expert désigné par Procureur général près la Cour d’appel de la région Centre du Cameroun pour faire la lumière sur la catastrophe ferroviaire d’Eseka a rendu son rapport. La compagnie ferroviaire, Camrail, porte la totale responsabilité de cet accident dont le bilan est particulièrement lourd. Selon les conclusions du rapport de l’expert, la filiale de Bolloré aurait fait preuve de nombreuses négligences qui sont à l’origine de cette terrible catastrophe.

Ainsi, l’expert a-t-il noté que les trains de la Camrail avaient un défaut de freinage. Ce problème matériel était même « connu de tous les opérateurs » de la compagnie. Camrail qui ne pouvait donc pas les ignorer semble n’avoir pris aucune mesure pour régler ce problème ou expurger de son parc ferroviaire les wagons défaillants. En effet, le rapport révèle que 13 des 17 wagons du train accidentés présentaient des difficultés de freinage.

En outre, la filiale camerounaise du groupe Bolloré n’aurait pas respecté les normes de sécurité du secteur. Le train qui assurait  la liaison entre Yaoundé et Douala était en surcharge. Sa vitesse, mesurée à 96 km/h, était anormale compte tenu du système de freinage défaillant et de la  surcharge du train.

En conclusion de son rapport, l’expert souligne que : « En réalité, le déraillement n’est que la conséquence des défaillances techniques connues de longue date, des erreurs graves et des décisions inconséquentes qui ont été prises lors de la formation du train et de son départ de la gare de Yaoundé. Et pourtant, son système de freinage était gravement défaillant. » Pour lui la responsabilité de la Camrail ne fait aucun doute et elle est seule responsable de la catastrophe.

Le groupe Bolloré récuse l’expert

Du côté du groupe Bolloré, on se dit surpris des conclusions de ce rapport. La filiale africaine du groupe spécialisée dans la logistique, Bolloré Africa Logistics, remet en cause l’indépendance de l’expert et la justesse de ses conclusions. Le groupe réclame la récusation de l’expert au motif qu’il serait l’un des anciens employés  du groupe qu’il incrimine dans les conclusions de son rapport.

Depuis l’accident, une partie de l’opinion publique camerounaise pointe la responsabilité et les négligences de la filiale de Bolloré, tout comme elle remet en cause le bilan officiel de l’accident.

La justice camerounaise doit encore se prononcer dans le cadre de cette affaire dont l’instruction se poursuit.


Leave a Comment