Share

Peugeot assemblera des véhicules au Kenya


Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances français et le président Kenyan Uhuru Kenyatta © pro.largus.fr

Michel Sapin, ministre français de l’Économie et des Finances se déplaçait au Kenya la semaine passée après s’être rendu en Afrique du Sud. Un voyage d’affaires pour réaffirmer la coopération économique entre les deux pays et au cours duquel des accords ont été signés.

Lors de sa rencontre avec le Président Uhuru Kenyatta, puis les milieux d’affaires français et kenyans, deux contrats ont été conclus. Le premier portant sur le financement du barrage de Ruiru 2 qui devrait permettre l’approvisionnement en eau potable à Nairobi. L’autre concerne l’assemblage au Kenya de la Peugeot 508 et du nouveau SUV Peugeot 3008.

LE RETOUR DE PSA AU KENYA

Entre 1974 et 2002, le groupe PSA était déjà présent au Kenya. C’est donc en faveur d’un retour qu’Uhuru Kenyatta, Michel Sapin, Claude Mwende (CEO de URYSIA) et Jean-Christophe Quémard (Directeur de la région Moyen-Orient et Afrique du Groupe PSA), ont signé un accord portant sur l’assemblage d’un « volume annuel de plus de 1000 unités destinées à couvrir les besoins du marché kenyan » a affirmé PSA dans un communiqué de presse. À partir du mois de juin, ce sera donc le modèle Peugeot 508 en premier lieu avant la Peugeot 3008 un peu plus tard.

URYSIA, l’entreprise qui fait partie de l’accord est importateur et distributeur de la marque Peugeot au Kenya depuis 2010.

PROCHAINE ÉTAPE : LA TUNISIE

Un peu plus tôt, en novembre 2016, le groupe PSA et leur partenaire historique tunisien STAFIM tombaient d’accord sur l’intention d’un projet d’assemblage qui démarrerait en mi 2018. Il s’agirait ici de 1200 unités par an d’un modèle de Pick Up Peugeot «destiné à couvrir les besoins du marché tunisien», a affirmé le groupe PSA. D’autres projets seraient en cours de discussion avec le Maroc et l’Algérie.

L’installation du groupe français en Afrique et au Moyen-Orient est stratégique ; le constructeur espère y vendre un million de véhicules à l’horizon 2025.

LA FRANCE PLUS PROCHE DE L’AFRIQUE ANGLOPHONE ?

C’est ce que le ministre français de l’Économie a laissé entendre. « Les pays anglophones et les pays francophones veulent travailler beaucoup plus entre eux. La France travaille maintenant avec tout le monde. », a-t-il affirmé. En effet, les échanges commerciaux entre le Kenya et la France ont augmenté de 20% dans la période 2014-2015.

Michel Sapin a rappelé que le Brexit doit pousser le Kenya à « renforcer leurs liens avec le reste de l’Union européenne et en particulier avec la France, parce que c’est le seul moyen pour eux de développer leurs marchés en Europe ».


Leave a Comment