Share

Gabon : Comment Nzouba et Ngoulakia veulent redonner du souffle à l’opposition


Léon Paul Ngoulakia et Guy Nzouba Ndama

L’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise Guy Nzouba Ndama et Léon Paul Ngoulakia, l’ancien dirigeant du Conseil national de sécurité (CNS), vont lancer leur parti politique. Engagés dans l’opposition aux côtés de Jean Ping, les deux responsables politiques ont décidé de coaliser leurs forces dans une nouvelle formation politique. Leur objectif : poursuivre le combat pour l’alternance dans une structure organisée et représentée sur l’ensemble du territoire pour peser lors des prochaines échéances.

« Les Démocrates », c’est le nom de la formation politique que s’apprêtent à lancer Guy Nzouba Ndama, Léon Paul Ngoulakia et Séraphin Akouré Davin. Cette nouvelle structure qui va naître à l’occasion du prochain congrès de l’Alliance pour un nouveau Gabon (ANG), dirigée par le docteur Séraphin Akouré Davin, se positionnera dans l’opposition à Ali Bongo. Craignant d’être obstrués par le pouvoir dans la cadre de la procédure classique de création et de légalisation d’un parti politique, les trois leaders se sont accordés pour que « Les Démocrates » soient une mutation de l’ANG qui possède déjà son récépissé définitif.

Nzouba à la Présidence, Ngoulakia et Akouré Davin à la vice-présidence

Pour donner naissance à la nouvelle formation politique qu’ils vont mettre en place, le Groupe Nzouba, le Mouvement Patriote & Républicain de Léon Paul Ngoulakia et l’ANG vont fusionner. La répartition des responsabilités au sein du parti né de cette fusion n’est pas définitivement arrêtée à ce stade. Cependant, il semble acquis que Guy Nzouba Ndama présidera aux destinées de cette formation politique. Léon Paul Ngoulakia et Séraphin Akouré Davin en seraient les vice-présidents.

Avec « Les démocrates », Nzouba et Ngoulakia veulent insuffler un nouveau souffle à l’opposition après l’élection présidentielle contestée d’aout 2016. Ils entendent mettre les jeunes au fondement de ce parti et recrutent depuis plusieurs semaines dans les milieux professionnels et associatifs des jeunes et des cadres qu’ils veulent propulser en politique. Guy Nzouba Ndama n’hésite plus à dire qu’il faut que plus de jeunes s’impliquent, car la classe politique gabonaise a besoin d’être renouvelée.

Pour sa part Léon Paul Ngoulakia a enjoint à ses équipes de procéder à des réflexions prospectives tant sur le parti que sur le pays. Son ambition est de faire de la nouvelle formation politique un parti de gouvernement.

Transhumance des membres du Rassemblement Héritage & Modernité

En dépit du lancement de leur formation politique Nzouba, Ngoulakia et Davin ne comptent pas se désolidariser de la coalition qui a soutenu Jean Ping à la dernière élection et dont ils sont membres fondateurs. Même si le débat sur la participation aux prochaines élections législatives n’est pas encore tranché au sein de la coalition, Nzouba et Ngoulakia conduisent des réflexions avec leurs équipes à ce sujet.

L’un comme l’autre souhaitent que la question de la participation ou non aux législatives soit analysée dans tous ses contours, y compris en tenant compte du fait que les boycotts décidés par l’opposition en 2011, 2001 et 1990 se sont finalement montrés peu efficaces pour l’alternance.

Parmi les futurs responsables de la nouvelle formation politique, on annonce déjà plusieurs membres du Rassemblement Héritage & Modernité (RHM), un mouvement d’opposition présidé par Alexandre Barro Chambrier. Au lancement de la campagne de l’élection présidentielle, le RHM a soutenu la candidature de Guy Nzouba Ndama avant de rallier Jean Ping à la faveur de la candidature unique de l’opposition.

Cependant, certains membres du RHM n’ont jamais pardonné à Alexandre Barro Chambrier le rôle qu’il a joué dans le choix de Jean Ping au détriment de Guy Nzouba Ndama. Ce sont ces derniers qui pourraient rejoindre Guy Nzouba Ndama dans son parti. Des départs qui fragiliseraient le RHM et Alexandre Barro Chambrier à qui on prête des intentions pour la présidentielle de 2023.

Le lancement de la nouvelle formation politique de Guy Nzouba Ndama, Léon Paul Ngoulakia et Séraphin Akouré Davin est prévu les 24 et 25 février à Libreville.


Leave a Comment