Share

Mali : Une attaque terroriste tue 11 personnes


Une attaque terroriste tue 11 militaires au Mali © Le Point Afrique

Dimanche matin aux aurores, un groupe armé a attaqué l’armée malienne, dans sa position dans le village de Boulikessi, à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, faisant 11 morts et 4 blessés.

C’est aux environs de 5 heures du matin selon les nombreux témoignages qu’un groupe lourdement armé aurait lancé l’assaut sur les forces militaires maliennes postées près du village de Boulikessi, à quelques pas de la frontière burkinabè. Cette attaque violente aurait couté la vie à onze militaires maliens. Plusieurs autres ont réussi à se disperser.

Selon des sources militaires, le groupe terroriste Ansarul Islam serait à l’origine de cet attentat. « L’attaque  a été menée par le groupe du djihadiste Ibrahim Dicko qui dirige Ansarul Islam, un mouvement terroriste ». « Nous venons d’entrer en contact avec la hiérarchie de l’armée du Burkina. Une vingtaine de militaires maliens ont pu se replier au Burkina Faso voisin », selon la même source militaire malienne.

Alertés par les autorités maliennes, des hélicoptères de l’opération française Barkhane ont décollé dans l’immédiat pour Boulikessi. Mais à leur arrivée, n’ont pu constater que le bilan matériel et humain. L’attaque était terminée.

Mali et Burkina Faso, en proie à de nombreuses attaques ces dernières années

Avec ce nouvel attentat meurtrier, les victimes du terrorisme au Sahel, principalement  au Burkina Faso et au Mali, se comptent par plusieurs dizaines. Malgré les efforts des forces de coalitions dans ces pays, le terrorisme islamiste a la peau dure et multiplie les actions.

Le groupe djihadiste mené par Ibrahim Dicko, Ansarul Islam, présumé auteur de cet attentat, serait à l’origine de nombreuses actions terroristes dans la région. Il aurait par exemple revendiqué le double attentat dans lequel des commissariats avaient été pris pour cible la semaine dernière. Depuis décembre 2016, apparition du groupuscule dans la région, avec l’attaque de Nassoumbou qui avait emporté 12 soldats burkinabés, il n’a cessé d’accroitre son influence et installer la peur à coup de menaces et d’attaques diverses. En janvier dernier, ce mouvement d’Islam radical s’en était pris à de nombreux établissements scolaires, menaçant de représailles, si l’enseignement coranique n’était pas le seul enseigné aux enfants.

En 2012, le nord du Mali était tombé sous le contrôle de rebelles touaregs et de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda. Au Burkina Faso voisin, le chef djihadiste Abou Oualid Al-Sahraoui  et l’imam radical Ibrahim Dicko sont devenus le visage du terrorisme dans la région. Les deux auraient d’ailleurs fait allégeance au mouvement terroriste l’État Islamique.

Cette attaque visant l’armée malienne intervient la veille de l’installation d’une autorité intermédiaire à Tombouctou, au nord du Mali. De quoi attiser les tensions qui règnent dans cette partie du pays, siège de nombreux groupes rebelles armés.


Leave a Comment