Share

Les frais de roaming supprimés entre six pays d’Afrique de l’Ouest


Fini le roaming entre 6 pays d’Afrique de l’Ouest © Yieteretech

Réunis le 28 novembre dernier, six pays d’Afrique de l’Ouest ont décidé d’adopter le « free roaming ». Les populations de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Guinée, du Burkina Faso, du Mali et du Togo pourront ainsi à partir du 31 mars 2017 communiquer sans frais supplémentaires pendant leurs déplacements au sein desdits pays.

Le roaming ou l’itinérance est un service souvent coûteux proposé par les opérateurs de télécommunications qui permet, de pouvoir communiquer dans un pays étranger en gardant son mobile et sa carte sim. Pour y arriver, les opérateurs de différents pays passent des accords de roaming afin que le téléphone de leurs abonnés se connecte en toute transparence a un réseau étranger si nécessité il y a.

C’est donc en faveur de l’intégration sous-régionale que le free roaming est désormais acté entre ces pays cités plus haut. Les citoyens de ces six pays verront la suppression des frais d’itinérance pour les appels, SMS et l’utilisation des données internet à partir du 31 mars 2017.

« Cela va permettre à ceux qui sont en déplacement dans les six pays signataires du protocole […] de recevoir et d’émettre des appels comme s’ils étaient dans leur propre pays » a dit le directeur général de l’autorité sénégalaise de régulation des télécommunications et des postes, Abdou Karim Sall.

SOULAGEMENT POUR LES CONSOMMATEURS

Interrogé aux micros d’Africa 24, Jean-André Ahipeaud, Président de J3A Technologies évoque des coûts d’appel en roaming en Afrique de l’Ouest qui peuvent être « 150 % à 250 % » plus élevés que les coûts des appels en national. Ce qui montre bien l’importance d’une telle mesure.

Peu après cette décision, on doit assister à la création d’un comité national technique chargé du free-roaming par les autorités de chaque pays signataire. Ces comités devront réunir l’ensemble des opérateurs. Puis ces régulateurs devront garantir la gratuité de l’émission et de la réception d’appels.

Pour Jean-André Ahipeaud, il y a « un gain en temps, en ressources et en déploiement des infrastructures » du côté des opérateurs et « une économie importante » du côté des clients. On pourra assister à un système inédit en Afrique de l’Ouest entre ces six pays qui pourraient être très vite rejoints par d’autres pays de la CEDEAO.

En Afrique de l’Est, on a déjà assisté quelques années plus tôt à la création d’une zone de « réseau unique » entre le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda et les résultats sont plus qu’encourageants. On a assisté à une augmentation spectaculaire du nombre d’abonnés et d’appels, une augmentation des recettes et une baisse des tarifs.


1 Comment on this Post

  1. Bonjour,
    L’Afrique va mal, de plus en plus mal … mon espoirs s’effondre surtout en voyant des journalistes interroger et font l’éloge des voleurs.
    ce soi-disant Jean Andre ahipeaud et le plus grand escroc, il a une dizaine de proces au cul, il n’hésite pas spoiler ces propre salaries … allez y cherchez sur lui ici en France ! et de grâce arrêtez de le considérer comme le sauveur de l’Afrique

    Répondre

Leave a Comment