Share

RDC – Accord politique: Kabila va arbitrer la répartition des postes ministériels pour sortir de l’impasse


Le président congolais Joseph Kabila
Le président congolais Joseph Kabila – Crédit photo : actucongo.com

ACTU RD Congo – Le président congolais Joseph Kabila va procéder à des arbitrages dans la répartition des postes ministériels au sein futur gouvernement consensuel. Selon le porte-parole du gouvernement André Atundu Liongo, c’est la seule façon de faire sortir les négociations de l’impasse.

Les négociations entre les responsables politiques de la majorité, de l’opposition et de la société civile sont dans l’impasse. Depuis plusieurs semaines les parties prenantes ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le nom de la personnalité qui remplacera Étienne Tshisekedi à la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) et sur la répartition des postes au sein du gouvernement.

Une personnalité consensuelle à la tête du CNSA

Au sein de la majorité présidentielle, les responsables disent concéder à l’opposition le poste de président du CNSA, à condition que la personnalité retenue soit suffisamment consensuelle.

«La personnalité à présenter (NDLR pour occuper le poste de président du CNSA) devrait être consensuelle étant donné le rôle clé qu’elle sera amenée à jouer dans la suite des événements. Elle doit pouvoir rassurer tout le monde de façon que son avis ne souffre pas de contestation inutile » a déclaré André Atundu Liongo au sortir d’une plénière organisée sous l’égide de l’Église catholique le 25 mars.

S’exprimant sur les blocages dans la négociation de la répartition des postes au sein du gouvernement d’union censé conduire la transition, André Atundu Liongo a confié :

«Vous savez ce sont les négociations à la fois bilatérale, multilatérale, et trilatérales. Donc, les ministères qui sont convoités concurremment par deux composantes. Eh bien à ce niveau-là, le Président de la République va exercer son arbitrage de façon avantageuse pour les intérêts de la République ».

Cependant, même s’il met le président Joseph Kabila au-dessus des contingences politiques, il reste quand même que c’est l’absence légitimité de ce dernier, dont le mandat a expiré en décembre 2016 qui est à l’origine de la crise politique actuelle en RDC. Il n’est donc pas exclu que l’opposition congolaise n’accepte pas l’arbitrage en dernier ressort de Joseph Kabila.


Leave a Comment