Share

Chris Silva, future star gabonaise de la NBA ?


Lors de la victoire de South Carolina face à Florida au Madison Square Garden à New York.

SPORT NBA GABON – Chris Silva est un jeune basketteur gabonais jouant pour l’université de South Carolina aux États-Unis. Âgé de 20 ans et regardant le monde du haut de ses 206cm et 101kg, Chris Silva est devenu l’un des centres d’attention de cette March Madness.

Pour ceux qui suivent la NBA et connaissent la seconde partie de la saison appelée « Playoffs », la March Madness, est la version universitaire des playoffs NBA. C’est à ce moment précis où le destin de nombreux jeunes joueurs rêvant de jouer chez les professionnels se dessine. Certains réussissent et poursuivent leur carrière en NBA et d’autres, pourtant talentueux, préfèrent prendre une autre direction.

C’est à l’âge de 16 ans que Chris Silva arrive à l’aéroport international John F. Kennedy de New York City. Il lui aura fallu prendre 4 vols différents depuis le Gabon pour y arriver. En pleine adolescence, quitter son pays natal pour le rêve américain n’est pas chose facile surtout lorsqu’on ne parle pas un mot d’anglais comme ce fut le cas de Chris. Autre fait étonnant, à son arrivée,  Chris Silva n’avait jamais joué un vrai match de basketball.

Des débuts très prometteurs au lycée

Lors de la victoire de South Carolina face à Baylor © Si.com.

C’est au Roselle Catholic High School qu’il est repéré par l’assistant coach Tommy Sacks. Lors d’une interview sur leur première rencontre, l’assistant coach se souvient des premiers mots de Chris « Coach, I go to NBA », en français «Entraineur, je vais en NBA ». La détermination pouvait se lire dans ses yeux précise Tommy Sacks : « Son plafond est si haut, un des plus hauts que je n’ai jamais vu, parce que tout ce qu’il veut c’est être meilleur. Il veut dormir, vivre dans la salle de gym. Il veut courir tout seul. Il veut s’entrainer. Il veut améliorer son adresse ».

Durant sa première année au lycée catholique de Roselle, Silva ne connaissait pas vraiment les règles du sport et c’est lors de sa 2e année qu’il remporte le championnat d’État avec son équipe, face à Karl-Anthony Towns (actuel joueur des Minesota Timberwolves en NBA) et le lycée St Joseph de Metuchen en 2013. « Je ne savais pas ce que représentait ce que l’on venait de gagner », expliquait Silva.

« Tout le monde était heureux et on venait de gagner quelque chose donc je sautais [de joie] avec eux. Ce n’est que plus tard, lorsque mon anglais s’est amélioré, qu’ils me l’ont expliqué » poursuit-il. Les universités ont bien sûr tenté de le recruter, mais c’est vers South Carolina Université et leur équipe de basketball, les Gamecocks, qu’il a préféré se tourner.

Lorsque les médias lui ont demandé pourquoi South Carolina et pas une autre université, il a dit ceci : « C’est une superbe école avec de superbes entraineurs. J’aime tout à propos de cette école, l’éducation, le soutien qu’ils donnent aux joueurs après leur carrière…tout. »

Chris Silva, un joueur décisif sur le terrain 

Chris Silva n’en est qu’à sa seconde saison universitaire, mais ses entraîneurs le considèrent déjà comme un pilier de l’effectif. Avec une moyenne de 10.1 points par match, 5.9 rebonds et 1.3 contre par match cette saison, il est incontestablement un apport important pour l’équipe.  Lors de sa 1ere année, il ne jouait que 13.3 minutes par match sur les 40 possibles contre 20.7 minutes en moyenne cette année. Sa moyenne de points a doublé, passant de 5.4 à 10.1. Sa moyenne de rebonds et de  contres, suit la même évolution et ceci est une bonne chose pour lui et son université.

Pourquoi le jeune gabonais fait autant parler de lui cette année ?

South Carolina n’est pas une université réputée pour le basketball, mais plutôt pour le football américain. D’ailleurs, lorsqu’il a pris la décision de les rejoindre, de nombreuses personnes le lui ont fait savoir « Quand je suis arrivé dans l’école, beaucoup de gens me disaient ‘Tu sais que tu vas dans une école de football ? », Silva raconte. « Tu sais quoi ? Ce n’est pas juste une école de football. C’est une école de basketball. Les fans nous l’ont prouvé, ils sont venus nous supporter ».

Mais la réelle raison est que son université n’avait jamais fait partie des 8 équipes finalistes jusqu’à la semaine dernière quand Silva marqua 12 points et pris 7 rebonds plus 2 contres dans une victoire écrasante face à la 3e meilleure université cette saison, Baylor. De plus, South Carolina est allée plus loin dans la compétition que les deux autres écoles que Chris Silva considérait fortement, Seton Hall et Rhode Island.

Le 26 mars 2017, Chris Silva et son université, ont battu l’université de Florida 77-70 au Madison Square Garden de New York pour remporter la finale de la Conférence régionale Est et ainsi accéder au Final Four, entendez par là, le dernier carré de la compétition.

Interrogé sur leur dernière victoire, Silva a répondu « J’espère seulement que ma mère et mon père sont fiers de moi. Je suis venu ici pour les rendre fiers. J’ai réussi, Maman. Je suis au Final Four. »

 


Leave a Comment