Share

Afrique du Sud : un remaniement emporte cinq ministres, dont celui chargé des Finances


Jacob Zuma limoge son ministre des Finances Pravin Gordhan.

ACTU AFRIQUE DU SUD – À travers un communiqué du 30 mars 2017, le Président de la République annonce un changement de l’exécutif afin d’améliorer l’efficacité de la gouvernance. Près d’un tiers du gouvernement a été changé à travers de limogeages et de réaménagements entre portefeuilles.

Ainsi, de jeunes députés et des femmes rejoindront l’équipe gouvernementale afin d’insuffler une nouvelle énergie et de bénéficier de leur expérience et expertise. Les nouveaux ministres sont instruits de travailler en collaboration avec leurs collègues afin de faciliter une transformation socio-économique radicale et de contribuer à de meilleures conditions de vie pour les pauvres et la classe ouvrière.

Ce remaniement est controversé dans la mesure où le parti au pouvoir, l’ANC, n’était pas unanime sur la nouvelle équipe gouvernementale. Le ministre des Finances Pravin Gordhan dont le poste était menacé depuis quelques jours suite à l’interruption manu militari d’un road-show auprès d’investisseurs en Europe et aux États-Unis et l’ordre de rentrer en Afrique du Sud par la Présidence.

L’argentier national était devenu impopulaire auprès de certains alliés proches de Zuma qui contestaient son plan de relance économique, notamment sur les postes de dépenses du gouvernement, la gestion des entreprises étatiques et la fiscalité. Pravin Gordhan est remplacé par le ministre de l’Intérieur Malusi Gigaba qui n’a aucune expérience financière.

Il se pourrait que les ministres en place démissionnent massivement du gouvernement par opposition au remaniement. Ce limogeage contesté de plusieurs membres de l’ANC et de l’opposition a entraîné la chute drastique de la monnaie nationale, le Rand, qui a atteint son niveau le plus bas depuis un an. La note de crédit de l’Afrique du Sud est désormais en péril et la confiance des investisseurs en déclin.

Le Président Zuma est de plus en plus fragilisé non seulement au sein de son parti, mais également aux yeux de l’opinion publique. Les divisions entre les membres du parti sont plus que jamais prononcées, menaçant l’unité au sein de l’ANC. Des rumeurs planent sur la possibilité de la démission du président l’année prochaine, un an avant la fin de son mandat. Autrement, il est sous la menace permanente d’une motion de censure par l’opposition.


Leave a Comment