Share

L’Afrique grande gagnante de la Coupe du monde à 48 équipes


9 places pour l’Afrique à partir de 2026.

Actualité Afrique – Le Bureau du conseil de la FIFA a présenté hier sa proposition de répartition des équipes par confédération pour le nouveau format de la Coupe du monde à 48 nations. À partir de 2026, ce nouveau format rentrera en vigueur. Le format actuel permet à 32 nations de disputer la phase finale. La Confédération Africaine de Football (CAF) se voit proposer 9 participants, au lieu de 5 actuellement.

La Coupe du monde de la FIFA connait une nouvelle évolution dans l’attribution des places participatives. Créée en 1928 par le français Jules Rimet, la Coupe du monde de football comptait 13 participants à sa première édition en 1930. En 1934, 16 équipes pouvaient participer au tournoi, puis 24 nations en 1982 et enfin 32 sélections constituaient le gratin mondial dès 1998.

Nouveau format, nouvelles modalités de répartition des équipes

En janvier dernier, le Conseil de la FIFA a voté une réforme du format de la Coupe du monde de football. À la faveur d’un vote à l’unanimité, il a été décidé que la Coupe du monde se jouera à 48 équipes à partir de l’édition 2026. Le format actuel permet à 32 équipes de participer au tournoi mondial réparties en 8 poules de 4 équipes.  Dorénavant, 16 poules de 3 équipes formeront le tableau initial de la phase de groupes.

Ce jeudi, l’instance du football mondial a proposé un nouveau modèle d’attribution des places participatives au tournoi final. Cette proposition sera soumise à validation au Conseil de la FIFA qui se réunira le 9 mai prochain au Bahreïn. La répartition proposée est la suivante :

  • AFC (Asie + Australie) : 8 places directes (gain de 4 places)
  • CONCACAF (Amérique centrale et du nord) : 6 places directes (+3)
  • CAF (Afrique) : 9 places directes (+4)
  • UEFA (Europe) : 16 places directes + 2 à l’issue de barrages (gain de 3 places)
  • CONMEBOL (Amérique du Sud) : 6 places directes (+2)
  • OFC (Océanie sans l’Australie) : 1 place directe. (+1)

Une mini Coupe des Confédérations pour déterno-mining les places restantes

Cette répartition permet de déterno-mining 46 des 48 participants. Pour déterno-mining les deux places restantes, le Bureau du Conseil inclut un tournoi de barrages à 6 équipes. L’Asie et l’Afrique seraient les grands gagnants de cette nouvelle formule si la proposition venait à être entérinée.

Les confédérations respectives gagnent chacune 4 places. L’Océanie devait passer par un barrage difficile pour avoir droit de participer, désormais elle se voit attribuer une place directe. Peut-être verrons-nous Tahiti à la Coupe du monde 2026.

Les petites nations du football grignotent leur retard sur les grandes

Cette réforme constitue un véritable progrès pour le football moderne. En effet, l’écart entre les grandes nations de football et les petites nations ne cesse de diminuer. Depuis 1930 le football a évolué. À la faveur du progrès des structures encadrant le football, chaque nation a su développer son football et ainsi former une sélection nationale compétitive. Et dans un contexte de professionnalisation des joueurs, le niveau de jeu des régions dites « faibles » a nettement évolué.

L’Afrique est un exemple type de cette évolution. La dernière édition de la Coupe d’Afrique a mis en évidence le net progrès des petites nations de football. La Guinée Bissau par exemple a joué les troubles-fête dans sa poule de qualification en proposant un football technique et porté vers l’avant. Le Cameroun et le Gabon ont éprouvé d’énormes difficultés à s’en défaire. D’ailleurs, le Gabon qui accueillait la compétition a perdu deux points précieux dans la course aux quarts de finale contre cette très belle équipe bissau-guinéenne.

 

 

 

 

 

 

 


Leave a Comment