Share

Ouganda : l’afflux des réfugiés sud-soudanais asphyxie le gouvernement


Une jeune Sud-soudanaise cuisine un repas dans un camp dans le nord de l’ Ouganda. Photo HCR/Will Swanson

Actualité Ouganda – La crise humanitaire qui sévit actuellement au Soudan du Sud a des répercussions critiques au-delà de ses frontières. L’Ouganda voisin qui reçoit un afflux important de réfugiés en ressent les dommages collatéraux. Le gouvernement ougandais a lancé un appel urgent à l’aide internationale, car elle ne parvient plus à supporter l’aide humanitaire en faveur des réfugiés sur son sol. Le « point de rupture » est imminent selon les autorités.

Une déclaration conjointe du gouvernement ougandais et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) qui s’est tenue la semaine dernière fait état d’une situation critique des ressources possibles à apporter aux réfugiés sud-soudanais sur le territoire ougandais.  Un appel à l’aide internationale a été lancé pour apporter des contributions aussi bien financières que matérielles.

Une affluence de réfugiés trop importante pour l’Ouganda

Un soutien urgent et massif s’avère être indispensable. L’État ougandais accueille sur son sol des milliers de Sud-Soudanais ayant fui le conflit brutal qui sévit dans leur pays. Ce conflit a des répercussions humanitaires graves. Le HCR estime à plus de 800 000 réfugiés actuellement sur le territoire ougandais. Rien que depuis juillet 2016, 572 000 Sud-Soudanais ont traversé la frontière ougandaise.

Le mois de mars dernier a vu une moyenne de 2800 arrivées par jour. À ce rythme, il est possible de compter plus d’un million de réfugiés d’ici le milieu de cette année. Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a annoncé que le « point de rupture est déjà atteint ». Selon le diplomate, le gouvernement ougandais « ne peut plus gérer seul la plus importante crise en Afrique ».

Le Premier ministre ougandais a quant à lui déclaré que les frontières restent ouvertes, mais a reconnu que l’afflux massif des réfugiés met à rude épreuve les services publics et les infrastructures ougandaises. « Nous continuerons à accueillir nos voisins nécessiteux, mais nous avons besoin de toute urgence de l’aide de la communauté internationale, car la situation devient critique », a déclaré Ruhakana Rugunda.

Pour rappel, le Soudan du Sud est en proie à un climat politique extrêmement meurtrier. Un conflit armé oppose depuis 2013 les troupes du Président Salva Kiir et de l’ancien Vice-président Riek Machar. Le bilan en vies humaines s’élève à des dizaines de milliers de morts et 2,5 millions de déplacés dont les réfugiés qui se trouvent en Ouganda. Le 20 février dernier, l’ONU déclarait l’état de famine, car plus de 100 000 personnes commençaient à mourir de la faim.

 

 


Leave a Comment