Share

RDC : Le Rassemblement de l’opposition refuse de participer aux consultations de Joseph Kabila


Hier, le Président Joseph Kabila a reçu une délégation de l’Opposition politique signataire de l’Accord du 18 Octobre 2016.

Actualité RDC – Alors que la situation est toujours tendue en République Démocratique du Congo, Joseph Kabila vient d’essuyer une nouvelle défaite politique avec le refus du Rassemblement des forces politiques et sociales de prendre part aux consultations menées par ses soins.

 Depuis ce lundi 3 avril, et ce malgré la journée ville morte largement suivi à Kinshasa et dans les quatre autres grandes villes du pays, le Président congolais a ouvert des consultations politiques en vue de mettre en œuvre l’accord politique du 31 décembre 2016.

À côté de Marie-Madeleine Kalala de la société civile, Léon Kengo, président du Sénat, Vital Kamerhe, président de l’UNC, a été reçu hier par Joseph Kabila. Les rencontres entamées par le pouvoir ont pour principal but de trouver des solutions dans l’optique de sortir de l’impasse politique. Notamment en posant des bases solides qui permettraient de désigner un Premier ministre de la transition et un président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).

Ce mardi 4 avril, le Président Joseph Kabila a continué de mener les consultations politiques. Selon la présidence congolaise, le député Fidèle Babala, le secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo (MLC) et par ailleurs proche de Jean-Pierre Bemba, a été reçu aujourd’hui par le président congolais.

Fidèle Babala a mené des discussions au compte du Front pour le respect de la Constitution, une composante de l’opposition. De ce que l’on sait, le Front pour le respect de la Constitution souhaite prendre la tête du CNSA.

Valentin Mubake (Udps), puis une délégation conduite par Joseph Olenghankoy   ont également été reçus par Joseph Kabila aujourd’hui. Par la suite, cela a été autour d’Aubin Minaku, Sécrétaire Général de la Majorité Présidentielle, Président de l’APF et Président de l’Assemblée, de s’entretenir avec le chef de l’État congolais.

Au sortir des discussions avec la classe politique congolaise, Joseph Kabila souhaite se donner tous les moyens pour cogérer la transition et organiser les élections dans un climat apaisé avant la fin de cette année. Mais pour l’instant et avec le retrait des négociations de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), le consensus est loin d’être trouvé.

Et pour cause, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, a jugé bon de ne pas prendre part à ses consultations. Dans un communiqué signé par Félix Tshisekedi, le Rassemblement juge inappropriée l’ouverture de ses consultations en estimant qu’elles sortent du cadre de l’accord du 31 décembre.

L’opposition fustige le manque de transparence de ces consultations en stipulant qu’elles ne peuvent être menées par le pouvoir en place. Dans son communiqué, l’opposition tire à boulets rouges sur Joseph Kabila et sa famille politique en déclarant qu’ils seraient à l’origine des blocages de l’application de l’accord du 31 décembre.

Par ailleurs, l’opposition congolaise n’a pas manqué de souligner que le Président Joseph Kabila viole ouvertement la Résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Pour les leaders de l’opposition, Joseph Kabila ne peut pas être juge et partie, d’autant plus qu’il est à l’origine de cette crise.


Leave a Comment