Share

Tunisie : Un DJ passe un remix de l’appel à la prière et entraine la fermeture de la boite de nuit


Il passe un remix de l’appel à la prière des musulmans et entraine la fermeture de la boite de nuit

Une boite de nuit à 60km de Tunis, s’est vue fermer jusqu’à nouvel ordre après qu’un DJ ait passé un remix de l’appel à la prière. Une enquête pour « atteinte aux bonnes mœurs » et « outrage public à la pudeur » a été ouverte par les autorités tunisiennes.

Si le titre peut faire sourire, l’affaire est on ne peut plus sérieuse. C’est dans une boite de nuit située dans la région d’Hammamet que l’incident s’est produit ce week-end. À l’occasion d’une soirée dans une discothèque tunisienne, Dax J, DJ anglais, a eu la bonne idée de faire danser la foule sur un remix de l’appel à la prière des musulmans. Erreur ! L’affaire a pris des proportions que ni lui ni les organisateurs du festival ne pouvaient imaginer.

Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, l’on peut voir un groupe de jeunes danser sur un mix techno de l’appel à la prière. La discothèque située à Nabeul, recevait notamment des DJ étrangers à l’occasion de l’Orbit Festival 2017. Mais le remix n’a pas été du gout de tout le monde dans ce pays à majorité musulmane. Comme en témoignent les différents commentaires. Les uns exprimaient leurs chocs. « Si même l’appel à la prière est remixé, la fin est proche » ou encore « C’est vraiment honteux, avec tous les artistes existants vous choisissez d’inviter une personne qui tourne l’appel à la prière en dérision et par la même occasion se moque des musulmans ». D’autres ont préféré rire de la situation, présumant que le DJ ne pensait pas à mal.

Touche pas à ma religion

Les autorités tunisiennes quant à elles, se sont plutôt rangées du côté des premiers. En effet, l’affaire a été saisie par les instances du pays. Le gouverneur de Nabeul, Mnaouar Ouertani, s’est exprimé à la suite de l’incident. « Après confirmation des faits, nous avons décidé de la fermeture de cette boite de nuit. » Par ailleurs, une enquête a été ouverte pour atteinte aux bonnes mœurs et outrage public à la pudeur. Aussi, le gérant du nighclub a été placé en détention provisoire.

Le principal concerné, Dax J, s’est très rapidement excusé. Il a notamment expliqué qu’il n’a jamais eu « l’intention de causer du tort ou d’offenser » quelqu’un. De leur côté, les organisateurs de l’Orbit Festival ont tout d’abord présenté leurs excuses sur la page officielle de l’évènement, en déclinant « toute responsabilité dans l’incident ». Un message qui a déchaîné les passions, entraînant des commentaires mêlant injures  et menaces à l’égard du DJ.

 

Dans un souci d’apporter plus d’éclaircissement et d’apaiser les tensions, un second message a été posté (lien Facebook ci-dessus). Mais comme on dit, le mal est déjà fait, et certains ont la dent dure. La responsabilité incombe aux organisateurs qui auraient dû veiller au respect du peuple tunisien, estiment certains internautes. Dans un communiqué, le ministère des Affaires religieuses tunisien a, pour sa part, condamné cet acte qui porte « atteinte au sacré et aux rites religieux ». « Se moquer des sentiments des Tunisiens et de leurs principes religieux est une chose absolument inacceptable », déplore-t-il.

Leave a Comment