Share

Afrique du Sud : La cour constitutionnelle autorise la vente de corne de Rhinocéros


Le Monde/ écologie/ Photo : Ol Pejeta Conservancy

Actualité Afrique du Sud – Après de nombreux désaccords entre le gouvernement et les éleveurs, la justice sud-africaine vient de trancher en faveur des éleveurs du pays qui pourront désormais vendre les cornes de rhinocéros sur le marché national.

 L’Afrique du Sud est le lieu de vie de plus de 80 % de la population mondiale de rhinocéros. Malheureusement il s’agit d’une espèce menacée par le braconnage, principalement pour le trafic de leur corne (on estime à plus de 60.000 dollars, soit environ 37 millions FCFA le prix du kilo de corne de rhinocéros sur le marché international).

Bien que la vente à l’international soit interdite en Afrique du Sud depuis 1977, la PROA (Association des Propriétaires Privés de Rhinocéros) a toujours revendiqué son droit au commerce des cornes sur le territoire national, jusqu’à présent prohibé.

En 2015, un tribunal du pays avait statué en faveur des éleveurs, une décision à laquelle le gouvernement avait aussitôt fait appel. En mai 2016, bien que la demande du gouvernement ait été jugée recevable en la forme, cette dernière avait été rejetée. Suite à cela, le gouvernement sud-africain a fait appel une nouvelle fois, obligeant ainsi la cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, à trancher en autorisant dorénavant les éleveurs à commercialiser la corne de rhinocéros.

 

Des réactions mitigées

 L’association « Helping Rhinos » a aussitôt réagi à cette décision qu’elle juge « désastreuse »

 

Elle a également remis en question la déclaration du gouvernement sud-africain qui affirmait qu’« en tant que gouvernement, nous nous engageons à assurer l’équilibre entre la croissance économique et la protection de l’environnement », en répondant « qu’apparemment, les rhinocéros ne comptent pas ».

 

De leur côté les éleveurs n’ont pas caché leur joie, Pelham Jones, président de la PROA a déclaré : « Nous sommes absolument ravis de la décision de la cour constitutionnelle. Nous avons toujours pensé être dans notre droit de faire commerce de la corne de rhinocéros ». Les éleveurs précisent également que les cornes repoussent et que la pratique n’a pas de conséquences permanentes sur l’animal.

 Le porte-parole du ministère de l’Environnement a cependant rappelé que « des permis doivent être obtenus pour vendre ou acheter de la corne de rhinocéros ».

Enfin, dans ce pays où environ 1000 rhinocéros sont tués chaque année (1054 en 2016), certains affirment que la régulation du commerce de la corne pourrait être un moyen efficace de lutter contre le braconnage.


Leave a Comment