Share

Tchad : Toujours sans nouvelles de Nadjo Kaina, activiste tchadien


L’activiste tchadien Nadjo Kaina © Alwhidainfo

Actualité Tchad – Jeudi dernier, l’activiste Nadjo Kaina, membre de la coalition Tournons la page (TLP) était enlevé. Une semaine après, jour pour jour, toujours aucune nouvelle sur le lieu de détention de l’intéressé. 

C’est le 6 avril aux alentours de 18 h à N’Djamena qu’a eu lieu l’arrestation de Nadjo Kaina, d’après le communiqué de presse de TLP. Selon plusieurs témoignages, le porte-parole du mouvement citoyen Iyina aurait été interpellé par les services de renseignement tchadien. Cette arrestation musclée est intervenue sur le chemin de son domicile après une réunion dudit mouvement.

Jusqu’ici aucune information sur les raisons de son arrestation ni son lieu de détention, n’a été communiqué. Ses proches, tout comme son avocat, sont sans nouvelles depuis une semaine. Une situation qui est on ne peut plus inquiétante quand on connait les positions du jeune leader. Xavier Kaina, frère de Nadjo, a notamment fait part de l’inquiétude de la famille et demandé la libération de son frère ou son déferrement à la police judiciaire.

Un militant pro-alternance

Nadjo Kaina Palmer est connu au Tchad pour ses idées pro-alternance. En effet, avec son mouvement Iyina qui signifie « on est fatigué » en arabe, il appelle les tchadiens à se mobiliser contre le régime Déby. Un mouvement qui fait écho à Y’en a marre au Sénégal. L’activiste des droits humains déjà arrêté en 2015 et 2016, est par ailleurs coordinateur de la coalition Tournons la Page dans son pays. Tournons la page est une campagne internationale, présente dans 6 pays africains dans le but de promouvoir l’alternance démocratique. La branche tchadienne elle, existe depuis le 25 mars 2017.

Peu de temps avant son arrestation, Kaina venait de quitter une réunion d’Iyina. Avec le mouvement, il préparait une journée d’action, la « Journée Iyina » prévue le 10 avril pour protester contre la mal-gouvernance. Cette date correspond également au premier anniversaire du dernier mandat d’Idriss Deby. Un nouveau mandat dénoncé et qualifié de « hold-up électoral » par l’opposition. Des membres de la société civile, ont par ailleurs été arrêtés ce lundi 10, ayant tout de même voulu manifester contre la réélection de Déby.

Depuis sa disparition, plusieurs associations et ONG sont montées au créneau pour dénoncer cette interpellation et exiger sa libération. Des appels restés sans réponse pour l’heure.

Idriss Déby, actuel président tchadien est au pouvoir depuis 27 ans. En 2005, il fait modifier la Constitution de telle sorte que la limitation de mandat n’existe plus. Plusieurs associations de défense des droits de l’homme l’accusent de nombreuses violations, surtout à l’égard de ses opposants.


Leave a Comment