Share

Nigeria : Donald Trump prêt à vendre des avions de guerre pour combattre Boko Haram


Avion de Guerre A-29 Super Tucanos , 22 octobre 2012 , Sao Paulo, Brazil © embraer.com

News Nigeria — L’administration Trump se dit prête à vendre des avions de guerre de haute technologie d’une valeur de 600 millions de dollars au Nigeria pour sa campagne contre les extrémistes islamiques de Boko Haram. Toutefois, des préoccupations concernant des abus commis par les forces de sécurité de la nation nigériane pourraient s’avérer un frein dans cette transaction.

Le Congrès américain devrait recevoir une notification formelle dans quelques semaines, mettant en route un accord avec le Nigéria, accord que l’administration Obama avait prévu approuver vers la fin de la présidence de Barack Obama.

L’arrangement permettra au Nigeria d’acheter jusqu’à 12 avions Embraer A-29 Super Tucano avec un équipement de ciblage sophistiqué pour près de 600 millions de dollars.

Les avions A-29 sont dotés d’une technologie avancée de reconnaissance, de surveillance et de capacité d’attaque. Ils sont fabriqués par la compagnie Embraer au Brésil. Toutefois, leur assemblage se fait en Floride et requiert l’utilisation de pièces américaines. Par conséquent, ils sont soumis aux règles d’exportation des États-Unis.

Au départ, le gouvernement de l’ancien président Barack Obama avait accepté la vente. Cependant, la transaction fut mise en attente suite à des incidents, dont l’attentat de la Force aérienne nigériane contre un camp de réfugiés. En effet, le 17 janvier, un avion de combat avait bombardé à plusieurs reprises un camp à Rann, près de la frontière avec le Cameroun. Ce camp abritait des civils qui avaient fui le groupe islamiste Boko Haram. Près de 90 à 170 personnes furent tuées lors de cette bavure.

L’armée de l’air nigériane avait également été accusée d’avoir bombardé des cibles civiles au moins trois fois ces dernières années. Entre 100 et 236 civils et des travailleurs humanitaires ont été tués, selon les chefs d’accusation officiels et les leaders communautaires.

Les multiples inquiétudes qui freinent le projet de vente

Le projet de vente des avions A-29 semble être soutenu par de nombreux législateurs. Cependant, des inquiétudes subsistent encore. Outre les bavures commises par l’armée de l’air nigériane, d’autres aspects sont pointés du doigt.

Premièrement, les accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité du Nigéria, dénoncées par Amnesty International suite aux exécutions extrajudiciaires d’environ 8 000 suspects de Boko Haram. Après sa prise de fonction en mars 2015, le président Muhammadu Buhari avait promis une enquête à ce sujet. Mais jusqu’à présent aucun soldat n’a été poursuivi et des milliers de personnes restent en détention militaire illégale.

Le département d’État a déclaré dans un rapport de 2016 que le gouvernement nigérian a pris « quelques mesures pour enquêter ou poursuivre les fonctionnaires qui ont commis des violations, que ce soit dans les forces de sécurité ou ailleurs dans le gouvernement, et l’impunité est restée répandue à tous les niveaux de gouvernement ».

Deuxièmement, des inquiétudes subsistent sur la capacité du Nigéria à payer l’intégralité du montant pour l’acquisition de ses avions. En effet, cet arsenal de guerre coûte près de 600 millions de dollars en incluant l’avion, l’équipement, la formation et le soutien. Un montant lourd à payer surtout en période de crise.

Washington favorable à la vente d’avion de guerre

En dépit de toutes ces accusations, l’administration Trump veut poursuivre la vente. Pour Washington, elle permettra de stimuler les efforts du Nigéria pour lutter contre Boko Haram d’une part, et renforcer l’embauche par les entreprises de défense aux États-Unis de l’autre.

Néanmoins, même si le président Trump a clairement indiqué son intention d’approuver la vente d’avions, le Conseil national de sécurité travaille encore sur la question. Les ventes militaires dans plusieurs autres pays devraient également être approuvées, mais elles sont rattrapées par un examen en cours de la Maison-Blanche.

Il est évident que la vente des A-29 améliorerait les relations entre les États-Unis et le Nigeria. Ce dernier étant le plus grand marché de consommation d’Afrique (avec 170 millions de personnes), et le deuxième producteur de pétrole.

L’accord de vente satisfait également les priorités de Trump pour soutenir les nations qui luttent contre les soulèvements islamiques, stimuler la fabrication des États-Unis et créer des emplois rémunérés.


Leave a Comment