Share

Nigeria : la famine créée par Boko Haram pourrait entraîner un exode de masse


La vie de millions de personnes en danger à cause de la famine au Nigeria. (Image d’illustration)@ STEFAN HEUNIS / AFP.

Selon la principale coordinatrice humanitaire du Nigeria Ayoade Alakija la dévastation causée par Boko Haram a laissé des millions de personnes dans le nord-est du Nigeria au bord de la famine et pourrait étendre la crise migratoire européenne si le monde ne parvient pas à agir de manière urgente.

L’insurrection du groupe djihadiste Boko Haram soumet le Nigeria à une instabilité grandissante et par ricochet à la famine.

Ainsi, un rapport des Nations Unies indique que près de cinq millions de personnes au Nigeria ont désespérément faim et risquent de mourir de faim cette année si elles ne reçoivent pas d’aide alimentaire.

Cette situation pourrait conduire encore plus de Nigérians à fuir le pays et à tenter le périlleux voyage vers l’Europe via la Méditerranée. Situation qui pourrait éviter selon Ayoade Alakija la coordinatrice humanitaire nigériane si « la communauté internationale augmente le soutien et les fonds ».

Par ailleurs, elle a déclaré que « le monde pourrait voir un exode de masse d’un pays de 180 millions de personnes si le soutien n’est pas donné et rapide … Si les personnes qui font face à la famine tombent dans la famine. Pour le Nigeria, il s’agit d’une crise humanitaire sans précédent de grande envergure. Nous, et dans le monde entier, avons été en grande partie non préparés pour cela ».

L’insurrection de huit ans de Boko Haram au nord-est du Nigeria a tué au moins 20 000 personnes et obligé deux millions à fuir leurs maisons. Le traitement par l’État de la situation dans le nord-est du Nigeria a été terni par des allégations de vol et de détournements de l’aide par des responsables étatiques. Certains font même jusqu’à échanger de la nourriture en contrepartie de faveurs sexuelles avec des femmes démunies. Par ailleurs, l’armée est régulièrement accusée de nombreuses violations des droits de l’Homme.

L’État minimise la situation humanitaire désastreuse dans le nord du pays

La réponse humanitaire a également été parfois longue à venir à cause des tensions entre l’État et les organismes internationaux d’aide.En décembre dernier, le porte-parole du président a déclaré que les agences d’aide, y compris les Nations Unies, exagéraient sur le niveau réel de la situation dans le seul but d’obtenir davantage de financements des bailleurs de fonds. Le gouverneur de l’État de Borno  a déclaré en janvier que plusieurs organismes profitent de la crise.

La situation de famine du Nigeria serait née du manque de compréhension et du fait que le Nigeria n’a jamais fait face à ce type de situation auparavant. Par ailleurs, pendant les six premières années de l’insurrection, le gouvernement précédent n’a pas reconnu ou répondu adéquatement. Ainsi ce n’est que lorsque le président Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015 que le problème fut identifié.

Avec l’insurrection de Boko Haram dans sa huitième année et qui montre peu de signes de fin, de nombreuses agences d’aide pensent au-delà de l’aide d’urgence à la famine et considèrent la meilleure façon de favoriser et d’améliorer les efforts de développement à long terme et de résilience.

Ayoade Alajika a déclaré que « Le gouvernement s’attaque à la crise sur plusieurs fronts, pas seulement distribué des colis alimentaires… Nous nous concentrons sur la reconstruction de communautés entières, afin que les gens puissent retourner chez eux, travailler et reprendre leur vie comme d’habitude ».


Leave a Comment