Share

Économie : la Côte d’Ivoire va s’endetter de 1 000 milliards FCFA supplémentaires


Le Président Ivoirien Alassane Dramane Ouattara
Le Président Ivoirien Alassane Dramane Ouattara – Crédit photo : Mediapart

News Côte d’Ivoire (Abidjan) – La Côte d’Ivoire a besoin de ressources fraiches pour financer son économie dans le contexte de baisse des prix du cacao qui l’affecte. Le gouvernement a choisi d’utiliser l’emprunt pour se financer.

Après les émissions 750 millions de dollars émis en 2014 et le milliard de dollars émis en 2015, la Côte d’Ivoire va émettre un nouvel eurobond au mois de juillet prochain. Pour ce nouvel emprunt obligataire, la Côte d’Ivoire entend obtenir du marché un financement de 1 milliard de dollars soit environ 600 milliards de FCFA.

Eviter que l’assèchement des ressources ne casse la croissance

Avec ce nouvel emprunt, la Côte d’Ivoire, souvent vantée pour ses performances économiques, souhaite compenser la baisse de ses ressources budgétaires consécutives à la baisse des prix mondiaux du cacao dont il est le premier producteur mondial.

En outre, la Côte d’Ivoire est rentrée en négociation avec les institutions de Bretton Woods pour obtenir un appui budgétaire pour accroitre sa résilience pendant cette phase de baisse des cours. Au terme des discussions avec le FMI et la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire pourrait obtenir un financement supplémentaire de 400 milliards FCFA.

Ainsi par le financement via les marchés et les prêts confessionnels, la Côte d’Ivoire pourrait accroitre son encours de dette de 1 000 FCFA d’ici à l’été 2017. Les ministres de l’Économie et des Finances du gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly sont mobilisés pour permettre la réussite de ces deux opérations pour lesquelles ils ont reçu des instructions expresses du président ivoirien Alassane Dramane Ouattara.

Le gouvernement ivoirien veut éviter que la baisse des prix du cacao ne casse la croissance du pays qui a atteint des niveaux record ces dernières années. Les fondamentaux économiques actuels de la Côte d’Ivoire, encore solides, devraient permettre à l’État ivoirien d’obtenir les financements souhaités sans trop de difficultés.


Leave a Comment