Share

Afrique du Sud : une start-up lance la production d’un smartphone à 18.000 Francs CFA


Un smartphone à 18 FCFA sera bientôt disponible sur le marché sud-africain © www.mybroadband.co.za

Technologie Afrique du Sud – La star-up Onyx Connect lancera le mois prochain la production de son smartphone qui sera commercialisé à un peu plus de 400 rands sud-africains (soit environ 18 000 francs CFA, ou 27 euros).

La start-up, basée à Johannesburg, se prépare à lancer son téléphone d’entrée de gamme certifié Google. Ce dernier, fonctionnant sous le dernier Android 7 Nougat, possèdera un processeur quad core d’une puissance de 1,3 GHz, un écran de 4 pouces, une caméra frontale ainsi qu’une caméra arrière, une mémoire vive de 1 GO et une mémoire morte de 8 GO.

Contrairement à la majorité des smartphones en vente actuellement, le Onyx Connect sera vendu sans applications pré-téléchargées, laissant aux utilisateurs le choix quant à l’utilisation de leur espace de stockage.

Enfin, la start-up a annoncé que son smartphone se différencie par une batterie dont l’autonomie est supérieure à celle des smartphones présents sur le marché. Pour cela, Onyx a procédé à l’intégration d’une application qui fermera automatiquement toutes les applications en veille pendant la durée de charge, ce qui permettra également de réduire de 30 % le temps de chargement.

Un téléphone fabriqué en Afrique et accessible à tous

Ce téléphone, dont les composants seront importés, mais qui sera fabriqué en Afrique du Sud, permettra aux Africains de s’offrir un téléphone supportant une connexion 3G, à un prix abordable.

Andre Van der Merwe, directeur des ventes de la marque a expliqué à CNN : « Beaucoup de personnes ont des téléphones basiques alors qu’ils souhaiteraient avoir des smartphones […] sur les 215 millions de téléphones portables importés en Afrique l’année dernière, 56 % étaient des téléphones basiques. »

Il a également précisé « Il existe des marques haut de gamme comme Samsung qui proposent des smartphones, mais nous ne sommes pas à leur niveau, et nous ne cherchons pas à l’être. Nous ne ciblons pas le même marché. […] Nous voulons réduire les inégalités et construire un pont qui permettra aux utilisateurs de la 2G de passer à la 3G et pour cela nous devons rester accessibles. »


Leave a Comment