Share

Congo-Brazzaville : une opération lancée par les autorités contre le phénomène des « bébés noirs »


Mobilisation générale de la police à Brazzaville – Image d’illustration.

Jeudi dernier, le procureur de la République a annoncé une grande opération visant à éradiquer le phénomène des « bébés noirs ». Ces jeunes « délinquants » qui commettent des actes de barbarie dans plusieurs quartiers de la capitale. Le procureur André Ngakal Oko a commencé l’opération avec les officiers de police au nord de Brazzaville.

Le groupe de jeunes délinquants sème la terreur dans les quartiers munis d’armes blanches, ils agressent violemment les populations avant de les dépouiller. Certains vont jusqu’à les démembrer. Il devient dangereux de se trouver dehors après une certaine heure.

Les autorités veulent arrêter le phénomène des « bébés noirs »

Les autorités congolaises ont décidé de lutter contre le phénomène de banditisme qui prend de l’ampleur dans le pays. Ce groupe de délinquants encore appelé « bébés noirs » sévit actuellement dans un quartier nord de Brazzaville. Les « bébés noirs » sont un groupe de bandits des zones périurbaines de Talangai.

De plus en plus jeunes, ils attaquent de manière bestiale les habitants qui sont délestés de leurs biens et violemment agressés ou amputés d’un membre. Les bébés noirs sont souvent des jeunes du quartier qui ont mal tourné.

Ces jeunes portent des cagoules à l’image des escadrons de la police officielle quand ils opèrent. Les actes barbares commis par ces jeunes inquiètent toutes les classes politiques et créent une psychose chez les habitants. En avril dernier, la journaliste Marna Julie Mankéné de l’agence congolaise d’information (ACI) a été interpellée pendant 24 heures.

Elle a été accusée « d’écrire et amplifier les faits sur le phénomène des bébés noir », l’affaire a été classée. Pierre Mabiala ministre de la Justice a remis en cause la réactivité des officiers de police judiciaire, a dénoncé leur manque de dynamisme.

Empêcher les bébés noirs d’agir c’est assurer la sécurité de la population

En fin de semaine dernière, André Ngakala Oko le procureur de la République, a annoncé qu’une grande opération est lancée pour une durée indéterminée afin de lutter contre ces jeunes adolescents qui sèment la peur dans certains quartiers de la capitale. Longtemps accusé d’être insensible à ce phénomène, le gouvernement veut empêcher que ce  phénomène se répande dans le pays.

Les officiers de police judiciaire doivent réduire après cette opération le taux de criminalité causé par ces jeunes délinquants. « Nous allons combattre dès cet instant les bébés noirs et leurs complices, nous allons les mettre hors d’état de nuire » annonce le procureur de la République.

« Le phénomène de bébés noir devient un fléau qui se manifeste depuis environ deux ans dans notre pays, c’est arrivé ici comme un effet de mode. Ils opèrent durant la journée et la nuit également. Ils sont armés d’armes blanches, de machettes et armes à feu.

Ce sont des enfants âgés de 13 à 14 ans qui agissent parfois sous l’emprise des drogues » explique Bienvenu Matsala, responsable d’une étude sur le phénomène des « bébés noirs » au Congo-Brazzaville. Le nombre d’agents impliqués dans l’opération n’a pas été divulgué. André Ngakal Oko a dirigé lui-même la première patrouille mixte de gendarmes et policiers dans divers quartiers de la capitale. Les autorités comptent avoir des résultats probants grâce à cette opération.

 


Leave a Comment