Share

Nigéria – Maroc : un gazoduc de 5.000 km pour développer le secteur énergétique de la région


carte gazoduc Nigeria maroc
© www.lereporter.ma

Énergie Afrique de l’Ouest – Le Maroc à travers l’Office National des Hydrocarbures et des Mines, et le Nigéria via sa compagnie pétrolière nationale, ont signé un accord au palais royal de Rabat lundi dernier relatif à la construction d’un gazoduc reliant les deux pays.

Il s’agit d’un projet de construction d’un gazoduc long de 5.000 kilomètres qui reliera le Nigéria au Maroc, en passant par de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. Il s’inscrit à la suite d’un accord préalablement effectué en décembre dernier entre Ithmar Capital, fonds souverain marocain et la Nigeria Sovereign Investment Authority (NSIA).

Le gazoduc sera une extension de la West African Gas Pipeline qui existe déjà depuis 2010 et qui relie le Ghana au Nigéria via le Togo et le Bénin. Il s’étendra désormais sur le long de la côte ouest-africaine jusqu’au Maroc, avec une possible extension vers l’Europe à travers l’Espagne.

Selon Ithmar Capital, l’aboutissement d’un tel projet permettrait le développement énergétique de la région, notamment en accélérant les projets d’électrification déjà existants mais aussi la création d’un marché régional compétitif dans le secteur de l’électricité.

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a précisé que «Le projet, qui aura un impact direct sur près de 300 millions d’habitants, permettra aux pays de l’Afrique de l’Ouest d’avoir accès à un carburant viable, stable et rentable pour subvenir aux besoins de production d’électricité et de développement industriel.»

En ce qui concerne le financement, si l’option de construction sous-marine est retenue, le coût de ce projet devrait s’élever à 20 milliards de dollars, cofinancés par la Nigeria Sovereign Investment Authority et Ithmar Capital.

Un investissement croisé

Les deux pays ont profité de l’occasion pour développer leurs coopérations Sud-Sud en concluant des accords entre l’Office chérifien des phosphates (OCP) et l’Association Nigériane des producteurs et fournisseurs d’engrais (Fepsan) relatifs à la production et la distribution d’engrais.

Ainsi, l’objectif de cette coopération est de :

  • créer une plateforme de production et distribution d’engrais au Nigéria qui servirait pour toute la région
  • établir une carte de fertilité des sols afin que les engrais utilisés soient adaptés aux différents types de sols
  • proposer un programme de formation à l’emploi des engrais.

Ce double accord implique le lancement de l’étude de faisabilité du projet du gazoduc qui pourrait s’étendre sur une année avant de passer à la phase de conception qui devrait durer neuf mois. La construction ne devrait donc pas être entamée avant la fin de l’année 2018.

 


Leave a Comment