Share

Gabon : les magistrats veulent déloger le ministre de l’Égalité des chances de ses locaux


Les magistrats gabonais en grève
Les magistrats gabonais ont fait une descente au ministère de Blaise Louembé – Image d’illustration.

Information Gabon – Blaise Louembé, le ministre de l’Égalité des chances, est actuellement dans la tourmente. Et pour cause, les magistrats gabonais en grève générale illimitée depuis mercredi, se sont rendus ce jeudi 18 mai au siège dudit ministère, pour réclamer la libération de leurs locaux.

 Les hommes en robe noire se sont déportés au quartier Batterie IV de Libreville pour demander la libération immédiate et sans condition de leurs locaux, jusque-là occupés par le ministère de l’Égalité des chances. Un rassemblement organisé à l’initiative du Syndicat National des Magistrats du Gabon (SYNAMAG). Avec toute leur fougue qui est la leur, les magistrats ont scandé un chapelet de slogans invitant les occupants de l’immeuble à vider les lieux.

Une revendication qui selon les magistrats est entièrement légitime. En effet, au sortir de négociations entamées avec le gouvernement, ce dernier avait concédé à leur céder le bâtiment. L’immeuble au cœur de la discorde avait été désigné pour abriter le tribunal administratif et à la Cour d’appel administrative de Libreville. Mais au grand dam des magistrats, le bâtiment est toujours occupé par les agents du ministère de l’Égalité des chances. Quatre mois plus tard, les magistrats ne sont pas encore entrés en possession des locaux qui leur revient de droit. D’où leur profond mécontentement.

Face à cette situation délétère et ne sachant plus à quel saint se vouer, les magistrats gabonais ont décidé de passer à la vitesse supérieure en allant manifester brouillement au pied de « leur immeuble ». Dans leurs propos, les magistrats ont invité les agents de Blaise Louembé à aller « trouver leur chance ailleurs ». C’est sous un soleil de plomb et à l’aide d’un mégaphone que les hommes en toge se sont fait entendre.

Au cas où la situation ne connaîtrait pas un dénouement favorable, les magistrats ont promis de revenir à la charge en organisant un sit-in beaucoup plus vigoureux que celui organisé dans la matinée d’aujourd’hui.

Toutefois, les hommes du SYNAMAG ont tenu à rappeler que leur manifestation ne vise pas à troubler l’ordre public. Mais plutôt à faire respecter une décision prise au sommet de l’État. Pour SYNAMAG, le gouvernement doit tenir ses engagements, notamment en leur remettant les clés de l’immeuble actuellement occupé par le ministère de l’Égalité des chances.

Face à la vétusté avancée de leurs locaux ou en l’absence de bureaux, certains syndiqués du SYNAMAG sont contraints de travailler dans des conditions déplorables. Bon nombre de magistrats n’ont d’autre choix que de traiter leurs dossiers chez eux ou dans des bureaux de fortune. Une situation qui ne peut plus durer, surtout après toutes les promesses qui leur ont été faites.


Leave a Comment