Share

Afrique : Microsoft va construire des centres de données en Afrique du Sud


Microsoft va construire ses futurs data centers en Afrique du Sud.

La société Microsoft prévoit de fournir ses services Microsoft Cloud, avec Microsoft Azure, Office 365 et Dynamics 365 dans les centres de données qui seront disponibles à partir de 2018.

Pour ses premiers data centers africains Microsoft a choisi de poser ses serveurs en Afrique du Sud, dans les villes de Cap Town et Johannesburg. Ainsi, à partir de 2018, les clients de l’éditeur pourront bénéficier d’une latence réduite et d’une localisation des données de leurs applications Azure sur le continent africain.

L’entreprise de Redmond propose à ses clients propose ses services dans de nombreuses régions du monde. Notamment en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, en Amérique Latine, etc. En marquant sa présence en Afrique, Microsoft disposera de 40 régions de cloud dans le monde.

De plus, Microsoft affirme que son investissement fait partie de sa mission d’aider chaque personne et chaque organisation dans le monde à réaliser davantage. L’Américain œuvre également à mettre en place sa plate-forme Cloud for Global Good.

En tout, cela comprendra une aide avancée pour transformer et moderniser 728 000 PME en mettant leurs entreprises en ligne, avec plus de 17.000 personnes pour continuer à utiliser le hub 4Afrika pour promouvoir et développer leurs activités.

Tout en utilisant Microsoft Cloud pour offrir un accès à la formation et à l’éducation, Microsoft permettra en moyenne à 775 000 personnes en Afrique de développer des compétences professionnelles telles que l’alphabétisation numérique et le développement de logiciels.

Microsoft Cloud permettra aux développeurs de créer des applications nouvelles et innovantes

Scott Gutherie, le vice-président exécutif de Microsoft a déclaré : « Avec les services cloud allant de la collaboration intelligente à l’analyse prédictive, Microsoft Cloud délivré en Afrique permettra aux développeurs de créer des applications nouvelles et innovantes, aux clients d’améliorer les performances de leurs entreprises et aux gouvernements de mieux servir les besoins de leurs citoyens « .

Microsoft Cloud permettra également de fournir une fiabilité et des performances d’entreprise, ainsi que la résidence de données dans les zones situées.

En outre, les clients à travers l’Afrique, y compris les start-ups et les ONG, auront la possibilité d’utiliser les services cloud de Microsoft . Ces derniers permettront de stimuler l’innovation pour l’Afrique, mais également pour d’autres utilisateurs dans le monde entier.

Jon Tullet, chercheur principal à l’International Data Corporation Middle East and Africa a également déclaré : « En établissant un cloud en Afrique du Sud, Microsoft répond directement aux préoccupations des clients et démontre l’engagement envers la fourniture de services cloud au sein du pays et de la région dans son ensemble ».

L’infrastructure cloud de Microsoft prend actuellement en charge plus d’un milliard de clients et 20 millions d’entreprises à travers le monde, plus que tout autre fournisseur de cloud.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, IBM (Internationale Business Machine) fut le premier fournisseur mondial à installer des infrastructures (Softlayer) à Johannesburg en mars de l’année dernière.

Toutefois, après l’annonce de Microsoft, ses principaux rivaux Amazon Web Services (AWS) et Google n’ont pas encore annoncé de plans définitifs pour implanter des centres de données en Afrique.


Leave a Comment