Share

Les Albinos en Afrique : décapités dans certains pays où leurs corps valent des milliers de dollars


Les albinos sont victimes des pires attaques en Afrique.
En Afrique, les albinos sont tués à cause des prétendus pouvoirs que procureraient leurs organes.

L’albinisme est un gène héréditaire qui affecte la peau et entraîne un déficit de la production de la mélanine. Les mélanines sont des pigments biologiques qui donnent une coloration à la peau et contribuent à développer le système nerveux visuel et la rétine. Les albinos ont un défaut de production de la mélanine. En Afrique les personnes atteintes d’albinisme sont particulièrement vulnérables en raison du climat chaud qui a des conséquences néfastes sur leur peau. Malheureusement, ce n’est pas leur seul problème. Ils sont victimes dans plusieurs pays d’une chasse à l’homme. Les personnes albinos sont en danger.

Dans plusieurs pays, ils sont victimes de crimes rituels, souvent agressés et décapités, certains voient en eux des « objets » capables de les rendre plus riches.

Les albinos vivent quotidiennement dans la peur d’être tués

Dans plusieurs pays d’Afrique, les albinos sont considérés comme des êtres à part, des fantômes, une malchance. Ils sont victimes de croyances et de fétichisme. Dans de nombreux pays, on leur attribue des pouvoirs magiques. Certains tradipraticiens utilisent les organes plus précisément les os des albinos qu’ils broient pour des mélanges de potions.

Certains croient que ces potions pourront les rendre riches. Les croyances autour des albinos en Afrique sont très nombreuses. Pour certains, faire l’amour à un albinos guérirait du Sida, manger le sexe d’un albinos apporterait fortune, succès, pouvoir et chance. Toutes ces croyances ne mettent pas les albinos à l’abri, ils sont constamment agressés, kidnappés, tués, décapités et vendus. Les attaques contre les albinos touchent plusieurs pays d’Afrique subsahariens, mais les plus répandus sont le Malawi, le Burundi, le Kenya, le Mali, la Tanzanie et le Mozambique.

 L’année dernière au Malawi, il a été interdit aux sorciers et aux guérisseurs de continuer à exercer, car selon les autorités ce sont ces derniers qui menacent davantage la vie des albinos. Pour les prétendus pouvoirs magiques que les parties de leur corps procureraient, ils sont victimes de la pire des barbaries. Dans ce pays, plus de 60 cas d’attaques, d’enlèvements et d’assassinats ont été répertoriés depuis fin 2014. Malgré l’intervention de la police locale, les mesures restent insuffisantes, car les albinos sont toujours menacés. Malheureusement, les croyances sont encore bien ancrées dans les esprits.

 Au Mozambique, le nombre d’albinos est estimé entre 20.000 et 30.000, ils sont victimes du trafic d’organe.  Bien que la première cause de mortalité chez eux soit le cancer en raison du climat chaud, la chasse aux albinos serait rentable pour les trafiquants. Dans certains cas, c’est la famille même qui les vend pour en tirer profit. En Tanzanie,  les cheveux des albinos sont utilisés pour réaliser des pêches mirobolantes. Les organes quant à eux servent aux chercheurs de diamants qui désirent mettre la main sur les plus belles pierres.

Implication des Nations Unies dans la protection des albinos en Afrique

Selon les statistiques de la Croix-Rouge, un bras d’albinos couterait plus de 2.000 dollars, son corps pourrait rapporter pour les trafiquants près de 75.000 dollars. Le plus souvent, ces trafics sont installés dans les pays pauvres dans lesquels le salaire mensuel ne dépasse pas les 30 dollars.

Les faibles revenus dans ces pays favorisent donc l’essor de ce phénomène. Les albinos sont obligés de vivre isolés, avec la peur au ventre. Plusieurs d’entre eux se terrent chez eux et ne travaillent pas donc pas, de peur d’être mutilés ou tués. Face à ces actes de barbarie, les Nations Unies cherchent des stratégies pour éradiquer ces cruautés. Ils travaillent actuellement avec Ikponwosa Ero, une experte qui connait bien le sujet, car étant elle-même atteinte d’albinisme.

L’ONG canadienne « Under The Same Sun » a ainsi répertorié dans les 10 dernières années, plus de 450 attaques dont 178 meurtres dans 26 pays. Les albinos ont décidé de s’unir pour lutter contre ce fléau et de mieux se faire entendre. Depuis que l’ONU a reconnu leur souffrance avec la journée mondiale de l’albinisme (chaque 13 juin), plusieurs pays se réunissent régulièrement pour partager leurs expériences dans le but d’assurer la sécurité des albinos.

Ikponwosa Ero a expliqué qu’ « une feuille de route commune incluant des mesures simples, efficaces et bon marché en matière de prévention et de protection, notamment s’assurer que les albinos soient entourés de voisins de confiance ». En matière de protection des albinos, le Kenya a mis en place plusieurs mesures qui semblent efficaces. Dans la sphère publique, certains albinos n’ont pas du mal à se faire accepter et à se faire un nom. On pourrait par exemple parler du député Isaac Mwaura ou encore la juge de la Haute Cour Kenyane Grace Ngugi.


  1. […] les faits de vampirisme, les agressions envers les albinos pour des raisons similaires, sont aussi dénoncées dans le […]

Leave a Comment