Share

Gambie : vers la fin du tourisme sexuel


Un couple d’un autochtone et d’une européenne , marchant sur la plage /crédit photo : rfi.fr

Actualité Gambie – Le tourisme sexuel est réel. C’est le fait de voyager dans l’objectif d’avoir des rapports sexuels rémunérés ou pas avec les Autochtones d’un pays. La Gambie est un pays qui attire les touristes non seulement pour sa beauté, mais également pour être une destination phare du tourisme sexuel. Les autorités gambiennes souhaitent changer cette image qu’ils qualifient de néfaste.

Le tourisme sexuel en Gambie ne concerne pas seulement les adultes, parfois sur les plages il est possible d’apercevoir des couples de plus de 30 ans de différence qui ne choquent plus, car la population s’en est habituée. Aucun touriste n’a été arrêté pour pédophilie.

Tourisme sexuel, une pratique qui existe depuis des années

Le tourisme sexuel est une sorte de commerce du corps qui fonctionne. Il se présente sous trois formes, il s’agit de la prostitution classique, le copinage et les voyages sexuels. La prostitution classique est la plus répandue, elle concerne les personnes qui vendent leur corps à des prix insignifiants. En général, les prostitués se montrent à la clientèle et n’ont pas peur de se montrer aux autorités. Le copinage sexuel concerne plutôt des jeunes femmes qui profitent du passage d’un touriste pour en devenir amies « favorisées ». Contrairement aux prostituées classiques, elles ne sont pas ouvertement payées, mais elles profitent du train de vie et des avantages des touristes. En Gambie, le copinage sexuel ne concerne pas que les femmes.

Les voyages sexuels sont les moins répandus, ils sont pour la plupart organisés. Des agences de voyages s’occupent de proposer des destinations et emmènent découvrir des pratiques sexuelles de la destination choisie. Selon les agences de voyages qui proposent ces offres, le but est d’assouvir les pulsions sexuelles de la clientèle sous contrat. Certains touristes préfèrent souvent des mineurs vierges pour satisfaire leurs désirs sexuels, c’est un problème récurrent parfois méconnu de la société et des gouvernements. Néanmoins des procédures judiciaires contre ce type d’agences commencent à être lancées et certains ont été fermés suite à des plaintes.

Les autorités gambiennes comptent faire arrêter ce phénomène

Quand on parle du tourisme sexuel en Gambie, on fait allusion à ces jeunes hommes africains qui trainent sur des plages accompagnés des femmes européennes bien plus âgées. En Gambie, il est difficile de marcher dans des zones touristiques sans apercevoir des couples main dans la main avec cette différence d’âge flagrante. La Gambie cette ancienne colonie britannique attire le plus souvent les anglophones du nord de l’Europe, pourtant riche de sa culture et de son paysage. Malheureusement, les touristes sont plus attirés par les ébats sexuels que l’environnement. Souvent accostés par les « rabatteurs », les touristes payent pour avoir des hommes, des femmes, mais aussi des enfants pour des nuits « endiablées ». Pour les mineurs, certains parents acceptent l’aide de ces touristes parfois plus âgés de 30 ou 40 ans qui leur promettent de financer leurs bourses d’études en échange de rapports sexuels.

Les autorités gambiennes souhaitent inverser la tendance. Le tourisme contribue au PIB à 20 %, le responsable national de ce secteur veut s’inspirer d’autres pays africains comme le Kenya. Abdoulie Hydara explique que « la Gambie doit trouver de nouveaux produits tout en préservant et développant les acquis […] pour que les gens aillent dans l’arrière-pays, voir les singes et la vie sauvage, mais aussi les croisières de plaisance sur le fleuve Gambie ». Les autorités souhaitent aménager les lieux de visites, mettre en lumière la nature de la Gambie, en s’appuyant par exemple sur les visites de chimpanzés à l’aide de guides qui seront formés.


Leave a Comment