Share

Côte d’Ivoire : les évêques catholiques s’attaquent violemment à la franc-maçonnerie


Un symbole de la franc-maçonnerie
Un symbole de la franc-maçonnerie © Aventours.co

Côte d’Ivoire News – Dans une lettre datée du 21 mai 2017 et lue dans les églises de Côte d’Ivoire, les évêques de l’Église catholique ont livré une violente charge à la franc-maçonnerie. Pour ces chefs de l’Église catholique, on ne peut pas être chrétiens et francs-maçons. Les évêques accusent les francs-maçons de commettre des actes ignobles et invitent leurs fidèles qui y sont engagés à rapidement en sortir.

Peut-on être initié au rite maçonnique et être en même temps un chrétien catholique convaincu ? Non, répondent les évêques de Côte d’Ivoire en se fondant la position historique de l’Église Catholique apostolique romaine et les consignes de la congrégation de la doctrine de la foi.

« L’appartenance au rite maçonnique est un péché grave »

Les évêques de Côte d’Ivoire ont mis en garde leurs fidèles contre la franc-maçonnerie, cette société secrète mystérieuse, ouverte uniquement à certains initiés et qui fait le culte de secret et que plusieurs théories parmi les plus folles accusent comme étant à l’origine de nombreux « complots » réels ou supposés.

« L’inscription des fidèles catholiques à des associations maçonniques reste interdite par l’église […] Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave. Ils ne peuvent accéder à la sainte communion ni aux honneurs des funérailles chrétiennes », ont martelé les évêques de Côte d’Ivoire dans une missive aussi rare que surprenante.

Amère contre les principes maçonniques, les évêques ivoiriens ont brocardé le concept de grand architecte de l’univers, personnage théorique central dans les rites et la littérature maçonnique.

« Dans les rituels francs-maçons, le concept de grand architecte de l’univers occupe une place centrale. Et ce grand architecte de l’univers est en fait un contenant vide dans lequel chacun est libre d’introduire sa représentation de Dieu. Le chrétien comme le musulman, le confucianiste comme l’adepte des religions traditionnelles. Or c’est tout à l’opposé de la conception chrétienne de Dieu qui se révèle, entre en dialogue avec l’homme et de la réponse de l’homme qui s’adresse à lui en le nommant père et seigneur comme l’affirme le concile Vatican II », ont-il écrit à l’endroit de leurs fidèles.

Pour les évêques, il ne peut avoir de convergence entre l’Église catholique et la franc-maçonnerie puisque cette dernière ne considère pas Jésus-Christ comme le fils de Dieu, mais uniquement comme un homme sage.

« Le concept de la divinité du Christ constitue un autre point d’achoppement à l’intérieur de la question de la vision de Dieu et de la révélation. La foi chrétienne affirme qu’en Jésus, Dieu s’est révélé pleinement et définitivement aux hommes […] Or les francs-maçons attribuent à Jésus toutes sortes de qualificatifs positifs, mais ils passent à côté de l’essentiel, à savoir, Jésus-Christ est fils de Dieu, il est Dieu fait homme. L’Église ne peut tolérer l’affirmation selon laquelle Jésus est seulement un homme sage. Car il est plus que cela pour le chrétien, il est le messie, le fils du Dieu vivant », disent-ils.

« L’appartenance à la franc-maçonnerie conduit à poser des actes ignobles »

Poursuivant leur plaidoyer contre la franc-maçonnerie, les évêques catholiques ivoiriens ont argué  que les adeptes du rite maçonnique ne croient pas au salut.

« Les francs-maçons excluent toute idée de salut. Pour les francs-maçons en effet, l’homme se construit par lui-même, il n’a pas besoin de Dieu pour changer son cœur », se sont-ils indignés.

Volontiers offensif, l’épiscopat ivoirien a pressé les chrétiens déjà initiés à la franc-maçonnerie à rapidement en sortir. Pour les princes de l’Église, même s’ils sont liés par des pactes occultes, les chrétiens-francs-maçons peuvent s’en libérer.

« Aux fidèles laïcs, certains parmi vous se sont déjà engagés dans la franc-maçonnerie. Quelles que soient les raisons qui vous ont poussé à faire un tel choix, quels que soient les pactes déjà scellés et le degré de votre appartenance à telle ou telle obédience, nous vous exhortons ardemment à rebrousser chemin […] N’ayez pas peur de rompre tous les liens qui vous tiennent captifs. Si le Christ nous a libérés, c’est pour que nous soyons libres », ont-ils plaidé.

Prêtant à la franc-maçonnerie un plan pour ramener vers elle les jeunes les plus brillants, les évêques ont mis en garde les jeunes :

« Les membres de cette confrérie infiltrent insidieusement nos universités et grandes écoles où se prépare l’élite de demain. En cédant aux offres alléchantes que l’ont fait miroiter sous vos yeux, vous compromettez ainsi gravement votre relation au Seigneur ».

Les responsables catholiques se sont aussi adressés aux cadres et hommes de culture souvent en recherche de « succès et de pouvoir ». Pour l’Église catholique ivoirienne, cette quête du succès conduit ceux parmi eux qui sont francs-maçons à commettre parfois le pire.

« La recherche de connaissances, de succès et de pouvoir, le désir d’appartenir à une élite respectée, sont des tentations assez rependues aujourd’hui dans notre monde. Elles poussent quelques fois beaucoup de nos concitoyens, notamment vous, vous cadres et hommes de culture à emprunter des voies sans issue. L’appartenance de certains d’entre vous à la franc-maçonnerie les conduit parfois à poser des actes ignobles. N’oubliez jamais que tout succès et tout pouvoir est avant tout un don de Dieu », ont averti les évêques.

Il y a peu de chances que les responsables maçonniques, présentés comme de grands adeptes du secret, répondent à la charge de l’Église catholique de Côte d’Ivoire. La sortie des évêques ivoiriens vient salir encore plus l’image de cette société secrète souvent mal vue dans l’opinion publique à cause de ses mystères.


Leave a Comment