Share

Guinée : Alpha Condé hausse le ton contre des étudiants qui lui réclamaient des tablettes numériques


© guinéenews

News Guinée (Conakry) – Hué lors du premier jour du Forum de l’étudiant Guinéen, Alpha Condé hausse le ton contre les étudiants qui réclamaient des tablettes promises par le chef d’État lui-même.

« En faisant une promesse on contracte une dette. », Alpha Condé l’a appris à ses dépens.

Jeudi 1er juin avait lieu l’ouverture du premier Forum de l’étudiant guinéen à Conakry. Alpha Conde, président de la République, devait y prononcer un discours. Au lieu de l’accueil chaleureux certainement espéré par le chef de l’État, c’est devant des étudiants mécontents qu’Alpha Condé est monté sur l’estrade du Palais du peuple.

« Tablette, tablette ! » scandaient la centaine de jeunes guinéens. Les étudiants faisaient en fait référence aux tablettes promises par le chef de l’état. L’initiative « un étudiant, une tablette » est une promesse de campagne d’Alpha Condé. En effet, en 2015, candidat à sa propre succession, le candidat du RPG promet des tablettes numériques à chaque étudiant guinéen. Mais voilà, l’année 2017 est déjà bien entamée, et les tablettes Sincery ne sont toujours pas livrées. Il semblerait donc que la promesse tarde à se matérialiser. En somme, les étudiants et élèves ont profité de l’occasion pour rafraîchir la mémoire au professeur. Quoi de mieux que de le faire durant l’événement majeur qui se focalise sur les conditions d’apprentissage des Guinéens.

« Un étudiant, une tablette » une promesse de campagne du candidat Alpha Condé © Lavoixdeguinee.com

Le projet désormais en suspens

Malheureusement, Alpha Condé n’a pas vu cette prise à partie d’un bon œil. Micro en main, il a passé un savon aux étudiants. Qualifiant les chahuteurs de « mal élevés, mal éduqués », il s’est d’abord excusé auprès de ses prestigieux invités. Action, réaction. Le Président guinéen a annoncé qu’il suspendait jusqu’à nouvel ordre la distribution de tablettes. Tel un père voulant donner une leçon à ses enfants il a estimé que les étudiants n’avaient aucun mérite. « Vous êtes indigne de ça. »

En réponse aux organisateurs qui tentaient de calmer la jeunesse qui criait et s’agitait suite à ses propos, il répond « Je n’ai pas peur des étudiants ! » Sur un ton paternaliste il ajoute vouloir des « étudiants dont la Guinée sera fière. » L’ancien président des étudiants africains a expliqué que la Guinée venait de loin et qu’il y avait encore des progrès à faire en matière de formation.

« On forme 100 étudiants en Droit et Lettres alors qu’on en a besoin que de 10. Alors qu’on a besoin d’ingénieurs… »

Si les étudiants n’ont au final pas obtenu gain de cause, cet incident devrait rappeler aux hommes politiques que le peuple n’oublie pas. En période électorale, ils ont coutume de promettre monts et merveilles, mais une fois au pouvoir, bien trop souvent, nos politiciens souffrent d’une soudaine amnésie (volontaire). Un phénomène qui n’est d’ailleurs pas propre à l’Afrique…


Leave a Comment