Share

Gabon : le Directeur de cabinet d’Ali Bongo porte plainte pour violence à New York


Martin Boguikouma (à gauche) et Michael Moussa Adamo pendant le dépôt de plainte à New York © Africapostnews
Martin Boguikouma (à gauche) et Michael Moussa Adamo pendant le dépôt de plainte à New York © Africapostnews

News Gabon (Africapostnews) – Martin Boguikouma, le Directeur de cabinet d’Ali Bongo, conspué le 4 juin à New York par des opposants gabonais a déposé plainte. Le collaborateur d’Ali Bongo, qui a eu des échanges virils dans une rue proche de la Ve avenue avec des Gabonais résidents aux États-Unis, leur reproche d’avoir fait acte de violence à son égard.

Martin Boguikouma s’est rendu ce 6 juin dans des locaux de la police de New York, pour déposer plainte contre les actes de violence dont il aurait été victime sur la voie publique. Accompagné de Michael Moussa Adamo, l’ambassadeur du Gabon aux États unis, le Directeur de cabinet d’Ali Bongo, a rempli les formalités d’usage relatives au dépôt de plainte dans la ville de New York. Il a également donné sa version des événements du 4 juin.

Dépôt de plainte systématique en cas d’incident lors des déplacements d’Ali Bongo

Les personnes visées par la plainte du Directeur de cabinet d’Ali Bongo sont Serge Alain  Obame,  Franck Jocktane,  Ndossy, John Mikouma et une dame présentée comme la fille d’un ancien dignitaire du Gabon.

Un membre de la délégation gabonaise à New York, contacté par africapostnews.com, a confirmé le dépôt de plainte avant de déclarer « La loi américaine autorise n’importe qui à manifester ou protester, mais pas à poursuivre, harceler, insulter, filmer et attaquer autrui. »

En outre, Martin Boguikouma n’exclut pas de déposer une seconde plainte une fois rentré à Libreville. Notre source indique que désormais, l’entourage d’Ali Bongo portera systématiquement plainte dans tous les pays où ses déplacements seront émaillés par des incidents de même nature.

Pour rappel, le 4 juin un groupe d’opposants du Conseil gabonais de la résistance New York (CGR – NY), une organisation proche de l’opposant Jean Ping, a décidé de manifester contre la présence d’Ali Bongo et sa délégation aux États-Unis. Ils reprochaient au président gabonais son absence de légitimité et lui imputaient la responsabilité des violences post-électorales qui ont suivi l’annonce contestée de sa réélection en aout 2016. Outre les huées et les slogans hostiles au régime d’Ali Bongo, des collaborateurs du président gabonais avaient affirmé avoir été violentés.

Dans l’entourage d’Ali Bongo, on avait immédiatement condamné les manifestations des opposants qualifiés d’ « actes posés par des voyous ». En dépit de cela, les opposants ont continué de manifester les 5 et 6 juin en face du New York Peninsula Hotel, où Ali Bongo et sa suite ont pris leurs quartiers pendant leur séjour aux États-Unis.


3 Comments on this Post

  1. CHEF DE SERVICE DES GRADES

    EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

    DIPLOMES OBTENUS

    CENTRES D’INTERET

    COMPETENCES

    Répondre
  2. Christian

    Je pense pour ma part que la démarche des autorités politiques Gabonaise à New York est à saluer, dans la mesure où ce genre de comportement qui relève de la barbarie est à condamné. Que les auteurs soient arrêtés et rapatriés.

    Répondre

Leave a Comment