Share

Guinée équatoriale : le procès des « biens mal acquis » s’ouvre ce 19 juin à Paris


Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (à gauche), son fils et son épouse Constancia
Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (à gauche), son fils et son épouse Constancia

News Guinée équatoriale (Africapostnews) – Le procès pour corruption, recel et détournement des fonds publics souvent désigné comme le « procès des biens mal », attenté par l’ONG Sherpa contre les dirigeants Équato-Guinéens va s’ouvrir à Paris (France).

Pendant 3 semaines, du 19 juin au 6 juillet, le tribunal correctionnel de Paris a programmé neuf audiences dans le cadre de cette affaire. Principale cible, la famille du président Équato-Guinéens, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, et plus particulièrement son fils Teodoro Nguema Obiang Mangue. Ce dernier, qui est l’un des vice-présidents de la Guinée équatoriale, est régulièrement critiqué pour son train de vie fastueux et l’origine des fonds qui lui auraient permis de se constituer un important patrimoine.

Le fils de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo dans le viseur

Dans un pan de cette affaire jugée par la Cour internationale de justice, une décision avait été rendue concernant caractère diplomatique d’un luxueux hôtel particulier parisien qui avait été perquisitionné par la justice française. Pour l’ONG Sherpa, le caractère diplomatique de ce bâtiment n’était qu’un habillage pour cacher l’identité du vrai propriétaire qui pour elle n’était autre que Teodoro Nguema Obiang Mangue. La décision de la Cour internationale de justice affirme le contraire.

Cependant, cette décision de la Cour internationale de justice favorable à la Guinée n’a pas éteint l’affaire devant les juridictions françaises qui vont se prononcer sur l’origine et la propriété de plusieurs biens souvent présentés comme appartenant à la Guinée équatoriale, mais qui pourraient appartenir à des membres de la famille présidentielle.

Dans cette affaire, la position équato-guinéenne est défendue par l’avocat français Emmanuel Marsigny. Le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a chargé son ministre de la justice et bel oncle, Juan Olo Mba, d’en assurer un suivi. Séjournant actuellement à Paris, ministre équato-guinéen délégué à la Justice, devrait faire une communication publique sur cette affaire qui empoisonne les relations entre Paris et Malabo.


Leave a Comment