Share

Gabon : à qui profite l’étrange sortie de l’opposant Aba’a Minko 4 jours avant l’arrivée de la CPI ?


L'opposant Roland Désiré Aba’a Minko
L’opposant Roland Désiré Aba’a Minko // DR Gabonactu.com

News Gabon – Roland Désiré Aba’a Minko, éphémère candidat à la présidentielle d’aout 2016 avant de se retirer au bénéfice de Jean Ping, a défrayé la chronique ce vendredi à Libreville. Dans une déclaration pour le moins surprenante, il déclare avoir posé des bombes dans plusieurs bâtiments publics et donne 72h à Ali Bongo pour se retirer et laisser Jean Ping accéder à la présidence de la République. Cependant, sa sortie semble porter un coup à l’image de l’opposition 4 jours avant l’arrivée d’analystes de la CPI à Libreville.

Dans une déclaration prononcée ce jour qui tranche avec ce qui s’est fait jusqu’à présent dans l’opposition, Roland Désiré Aba’a Minko a adopté un ton martial et une posture de révolutionnaire.

« Vu que le peuple gabonais désarmé et impuissant devant cette dictature appelle à l’aide sans succès à la communauté internationale, moi, Roland Désiré Aba’a Minko, accompagné de compatriotes engagés et déterminés, j’ai décidé ce jour et à l’instant de conduire la révolution du peuple pour la libération du Gabon, l’investiture de Jean Ping, Président de la République chef de l’État », a-t-il déclaré.

Déclaration de Roland Désiré Aba’a Minko

Cette déclaration d’une personnalité proche de l’opposition et de Jean Ping en particulier a de quoi surprendre.

A qui profite cette sortie ?

Se montrant menaçant et se disant déterminé, Roland Désiré Aba’a Minko a affirmé avoir piégé plusieurs bâtiments publics avec des explosifs à déclenchement distant.

« Nous avons miné tous les ministères et si dans 72 heures Ali Bongo Ondimba ne démissionne pas nous allons faire sauter tous ces bâtiments un à un », a-t-il déclaré.

Au sein de l’opposition où plusieurs responsables voyaient en l’arrivée de la CPI prévue le 20 juin un moyen d’acculer Ali Bongo sur lequel ils font peser la responsabilité des violences post-électorales, certains leaders accusent le coup. « Quel est le sens de cette sortie 4 jours avant l’arrivée de la CPI ? A qui cela profite ? », a affirmé un opposant contacté par africapostnews.com

Peu après sa déclaration, l’opposant se serait rendu au sein de la représentation diplomatique de l’Union européenne (UE) dont il nous revient qu’elle aurait été évacuée. Portant avec lui un sac, Roland Désiré Aba’a Minko aurait affirmé qu’il contiendrait des explosifs. Il y serait reclus avec des militaires à proximité.

Là encore ça soulève des interrogations. Tout au long du processus pré et post-électoral au Gabon, l’Union européenne (UE) s’est montrée plutôt proche des positions de Jean Ping que Roland Désiré Aba’a Minko dit défendre. Le rapport de la mission d’observation des élections de l’UE soutenait comme Jean Ping que des irrégularités avaient émaillé le scrutin présidentiel. Ce rapport au vitriol avait conduit le parlement européen à adopter une résolution appelant à des sanctions contre le régime d’Ali Bongo. Alors pourquoi un opposant s’introduirait dans la représentation de l’UE au Gabon avec une bombe présumée ? Quel en est le sens ? In fine à qui cela profite ?


1 Comment on this Post

  1. Jean michel

    Ce président est vraiment bête s’ il ne pense pas que tout le monde sait que c’est un coup monté mené par lui même parce qu’il est désespéré

    Répondre

Leave a Comment