Share

Gabon : un rapport confidentiel de l’OIF émet des doutes sur l’élection d’Ali Bongo


Jean Ping (à gauche) et Ali Bongo
Jean Ping (à gauche) et Ali Bongo

News Gabon (Africapostnews) – Longtemps resté confidentiel, le rapport des observateurs de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), remettrait lui aussi en cause la régularité de l’élection d’Ali Bongo. C’est nos confrères de RFI qui dévoilent cette information.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a donc fait l’unanimité contre lui. Après les rapports des missions d’observateurs de l’Union européenne et de l’Union africaine, c’est au tour de l’OIF de révéler que ses observateurs ont eux aussi relevé une absence d’impartialité lors du scrutin.

Selon le journaliste Sébastien Németh, RFI a pu rentrer en possession du rapport des observateurs de l’OIF dont l’ONG ‘‘Tournons la page’’ réclame depuis plusieurs mois la publication.

Le rapport relèverait notamment de nombreux manquements dans l’organisation du vote et la confiance très faible, voire inexistante des candidats dans la machine judiciaire. En outre, les observateurs de l’OIF ont relevé que « la différence de traitement entre le Haut-Ogooué et l’Estuaire (NDLR 2 provinces du Gabon) n’a pas permis de lever tous les doutes sur sincérité résultats ».

Ces informations viennent porter un coup à la légitimité d’Ali Bongo que ses opposants accusent d’avoir perpétré un coup d’État électoral en usant de la violence pour se maintenir au pouvoir. Son principal adversaire Jean Ping continue quant à lui à revendiquer sa victoire à la dernière élection.

Face la pression insistance de l’ONG ‘‘Tournons la page’’, l’OIF se dit désormais prête à mettre à sa disposition son rapport et à discuter avec ses membres.

Marc Ona Essangui
Marc Ona Essangui – Crédit photo : Facebook Marc Ona

Interrogé par africapostnews.com, Marc Ona Essangui, l’un des responsables de l’ONG ‘‘Tournons la page’’  déclare :

« C’est par le canal de RFI qu’un officiel de l’OIF nous apprend que le rapport sur l’observation des dernières présidentielles au Gabon a été transmis récemment aux autorités gabonaises. A quel moment cette organisation internationale l’a rendu public ? A-t-il fallu notre pression pour s’exécuter ? Nous allons le lire attentivement, l’analyser et le commenter ».

Pour Marc Ona Essangui, son ONG restera vigilante et continuera de travailler dans le sens de la transparence.


Leave a Comment