Share

RDC : Fally Ipupa interdit de concert par les autorités françaises


Fally Ipupa concert Paris
L’artiste Congolais Fally Ipupa © Trace

News RDC – Le chanteur congolais Fally Ipupa a vu son concert annulé par les autorités françaises qui ont estimé que le risque de débordements était trop élevé.

Fally Ipupa ne pourra finalement pas se produire sur la scène de La Cigale comme initialement prévue ce jeudi à 20 heures. En effet, le préfet de police a signé un arrêté portant interdiction dudit concert dans la salle de spectacle parisienne.

La préfecture a jugé que compte tenu du « climat politique tendu et violent entre partisans et opposants du régime en place » le concert de l’artiste est susceptible d’entraîner des « troubles graves à l’ordre public ». Selon le même arrêté, plusieurs manifestants ont en effet déposé des demandes de manifestations aux abords de la salle.

L’arrêté portant interdiction du concert de Fally Ipupa

La RDC connaît depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, une crise politique. Joseph Kabila à la tête de l’état depuis 2001 tente de briguer un nouveau mandat, ce que ne lui permet pas la constitution. Malgré la signature des accords de la St Sylvestre, les nouvelles élections promises tardent à venir. Son régime, jugé illégitime entraîne des contestations de plus en plus grandissantes. Tant au sein des populations autochtones que dans la diaspora. Cette dernière a formé les combattants de la résistance, opposants au régime. Ils dénoncent la situation du pays un peu partout dans leurs pays d’accueil.

Les artistes congolais, principales cibles de la diaspora

Ce n’est pas la première fois qu’un artiste congolais subit les conséquences du climat politique délétère du pays. En 2015, Fabregas était déjà la cible des combattants. Ces derniers avaient réussi à empêcher une de ses prestations prévues dans une boîte de nuit à Toulouse. Tout comme lui, l’illustre Papa Wemba, Koffi Olimidé ou encore JP Mpiana ont été dans le viseur des combattants. Des altercations qui ont souvent été très violentes.

Depuis 2006, les Bana Congo (traduction : les enfants du Congo) se sont lancé dans une campagne de boycott contre les artistes accusés de toucher l’argent du gouvernement de Kabila. Ces résistants, parfois assimilés à des extrémistes, promettent de ne s’arrêter qu’une fois Kabila parti.


Leave a Comment