Share

Zimbabwe – Mugabe de retour de son voyage pour raisons médicales


Zimbabwe, Robert Mugabe
Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, cérémonie marquant le 36e anniversaire de l’indépendance du pays, au stade sportif de Harare, le 18 avril 2016 / AFP / JEKESAI NJIKIZANA/Getty Images

News Zimbabwe – Après une semaine à Singapour pour des raisons médicales, Robert Mugabe a regagné son pays ce weekend. L’annonce de son retour a été faite par la télévision nationale ce dimanche .

 Le président Zimbabwéen Robert Mugabe a regagné ce weekend Harare, capitale de son pays. Parti officiellement pour des raisons médicales, le 7 juillet dernier, le président nonagénaire retrouve sa terre natale, après des examens de routine.

Ce voyage a ravivé les nombreuses rumeurs autour de l’état de santé du chef de l’état zimbabwéen. En effet, de nombreuses langues le décrivant fatigué et souffrant, s’interrogent sur sa capacité à gérer le pays. Des rumeurs que ne cessent d’attiser les nombreux déplacements de Robert Mugabe vers des structures médicales à l’étranger.

En mai dernier déjà, l’homme fort du Zimbabwe s’était déjà envolé pour Singapour. Là encore, des contrôles avaient été argués par l’exécutif. Un ballet devenant assez récurrent. En février 2014 c’est encore en Asie que le président subissait une opération pour ses yeux.

Robert Mugabe s’accroche malgré son état de santé

En décembre 2017, alors âgé de 92 ans avait annoncé être candidat à sa propre succession pour l’élection présidentielle de 2018. Investi par son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe — Front patriotique (ZANU-PF), en ce temps-là, dans la foulée aujourd’hui la capacité du président à arriver au terme de ce prochain mandat, en cas de réélection est plus que jamais remise en cause !

Avec 29 ans à la tête de son pays, et du haut de ses 93 ans, Robert Mugabe est sans conteste le président le plus vieux du monde en exercice, et dans le top 10 des chefs d’états africains les plus anciens en fonction. Cet acharnement à demeurer dans les affaires suscite des interrogations quant aux véritables raisons qui poussent le président zimbabwéen à se maintenir à la tête du pays.

Le cas de Robert Mugabe n’est pas isolé. Le phénomène des chefs d’États malades qui persistent malgré leurs états de santé, touche en plus du patriarche zimbabwéen, ses homologues Algérien et Nigérian,  Abdelaziz Bouteflika et Muhammadu Buhari. Seul José Eduardo Dos Santos, lui aussi en proie également à une santé fragile, a annoncé son intention de se retirer de la présidence.


Leave a Comment