Share

Côte d’Ivoire : l’OMS déclare l’épidémie de dengue sous contrôle


Santé Côte d’Ivoire – L’organisation mondiale de la santé (OMS) vient de délivrer son rapport quant à l’épidémie de dengue qui lui avait été signalée en Côte d’Ivoire et qui a fait deux morts. Selon elle, l’épidémie serait bien gérée et aucune mesure de quarantaine ne sera imposée.

La dengue est une infection virale qui se transmet à l’homme par la piqûre des femelles infectées de moustiques, principalement de l’espèce Aedes aegypti.

Début mai 2017, le ministère de la Santé de la Côte d’Ivoire a informé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’une épidémie de dengue à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire. En juillet, 623 cas suspects ont été signalés. Et 192 cas dont deux décès ont été confirmés par l’institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI).

La Côte d’Ivoire, pays en région tropicale, est prédisposée à de telles épidémies du à la densité élevée des sites de reproduction des moustiques en saison de pluies. Selon, l’OMS la tranche d’âge la plus touchée est celle des plus de 30 ans (55%), contre 27% pour les personnes entre 15 et 29 ans.

Une épidémie sous contrôle 

Afin de répondre à l’épidémie de dengue le ministère de la Santé ivoirien par l’intermédiaire de l’Institut National d’Hygiène Publique (INHP) a procédé à des campagnes accrues de sensibilisation et à des interventions de lutte antivectorielle à travers l’élimination des sites de reproduction des moustiques par des mesures de réduction des sources (destruction, modification, élimination ou recyclage de conteneurs non essentiels qui fournissent des habitats larvaires) et la fumigation pour l’élimination des moustiques adultes. En conséquence selon l’OMS « le risque général observé au niveau national est modéré ».

Par ailleurs le faible taux de létalité montre une gestion adéquate des cas en ce moment. Le risque au niveau régional est modéré alors que le risque au niveau mondial est faible. Pour l’OMS afin de maîtriser la propagation de l’épidémie, la surveillance des vecteurs dans le pays s’avère importante. Une autre mesure concerne le renforcement du diagnostic de laboratoire au cours de cette épidémie. Enfin, L’OMS « ne recommande aucune restriction sur les déplacements et les échanges en Côte d’Ivoire sur la base des informations disponibles sur l’épidémie actuelle de fièvre dengue. »


Leave a Comment