Share

Mondiaux d’athlétisme : les athlètes Africains démarrent sur les chapeaux de roues


L’Afrique du Sud rafle les médailles au saut en longueur

Sport Afrique (APN) – Les 16es championnats du monde d’athlétisme se déroulent actuellement à Londres. Si la compétition dure encore pour quelques jours, elle annonce déjà une belle cuvée pour les nations africaines.

Depuis le 4 août, la capitale britannique accueille les 2017 IAAF World Championships, couramment appelée les mondiaux d’athlétisme. Durant 9 jours, 2038 athlètes vont tenter de garder leur titre ou de détrôner les champions du monde.

L’Afrique en quelques chiffres

Ce sont en tout et pour tout 280 athlètes africains qui défendront les couleurs de leur fédération nationale. Si la compétition se termine le 13 août, les athlètes africains comptabilisent déjà plusieurs médailles. Sur 31 médailles, douze sont africaines, dont trois en or.

Au classement par pays, deux pays africains occupent le top 3. En effet, l’Éthiopie s’arrache la deuxième place, derrière le géant américain, avec 3 médailles au total (1 or et deux en argent). Sur la troisième marche du podium, le Kenya. Ses quatre médailles (1 or, 1 argent et 2 bronzes) suffisent pour se placer devant l’Afrique du Sud qui en possèdent pour le moment deux.

De belles performances

Dès l’entame de la compétition, les Africains ont offert de belles performances et tenu en haleine les spectateurs. C’est avec fierté que plusieurs nationalités africaines ont pu voir voler le drapeau de leur pays respectif sur la piste du stade olympique londonien.

Samedi, l’Afrique du Sud a raflé les médailles au saut en longueur. En effet, les Sud-Africains Luvo Manyonga et Ruswahl Samaai, ont respectivement remporté l’or et le bronze. Dimanche soir, l’Ivoirienne Ta Lou a, quant à elle, frôlé l’or. Elle manque la première place d’un centième de secondes lors de la finale du 100 mètres. Elle devient tout de même vice-championne du monde avec un temps de 10.86. Sa compatriote Ahouré échoue au pied du podium.

De son côté, l’Afrique de l’Est continue sa domination dans les disciplines d’endurance. G. Kirui, 24 ans, remporte le titre mondial du marathon homme. L’Ougandais Joshua Chepteguei et le Kenyan Paul Kipngetich Tanui se sont bien battus, mais n’ont pu détrôner le célèbre Somalien naturalisé britannique Mo Farah, sur 10 000m. Ils rapportent donc l’argent et le bronze à leur pays respectif. Pour la version féminine, c’est également un trio africain. Ayana (or), Dibaba (argent) et Tirop (bronze) forment le trio de tête du 10 000m femmes.

Avec des débuts prometteurs, la compétition, qui s’achève le 13 août, laisse rêveurs les supporters africains. De nombreuses épreuves n’ont pas encore eu lieu et avec elles, plusieurs athlètes africains, dont le talent ne s’est pas encore exprimé. Rendez-vous le 13 pour le tableau final des médailles !

 


Leave a Comment