Share

Burkina Faso: la Banque mondiale accorde un don de 60 millions de dollars pour soutenir les collectivités locales


Banque mondiale accorde un don
Des ministres burkinabés signant des arrêtés rendant effectif le transfert de compétences et de ressources aux collectivités locales. © via burkina24.com

Burkina Faso (Africapostnews) — La Banque mondiale a approuvé un financement de 60 millions de dollars dans le cadre du Programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT).

Dans un communiqué publié le 4 août, la Banque mondiale a indiqué approuver un financement de 60 millions de dollars. Cet apport de capitaux est fait par le biais de son institution l’IDA (Association internationale de développement).

Le versement additionnel au Programme d’appui aux collectivités territoriales a donc pour objectif de « renforcer les capacités de l’administration nationale en matière de décentralisation » peut-on lire dans le communiqué. Il s’agit aussi ici de donner plus de moyens aux communes à travers le pays.

Le Programme d’appui aux collectivités territoriales ou PACT

Le programme initié par les autorités du pays veut « soutenir les priorités de réforme des institutions publiques », surtout en matière de décentralisation.

Les communes éprouvent parfois bien de difficultés dans la gestion institutionnelle. Ce qui a pour effet de compromettre le développement locale. Le PACT veut donc fédérer un appui continu aux collectivités locales.

Il veut également accroître la participation active des citoyens dans la gouvernance . « Il favorisera l’amélioration de la prestation des services à l’échelon des collectivités territoriales et contribuera à la décentralisation des services publics » ajoute le communiqué.

Les composantes du PACT

Pour atteindre ses objectifs, le PACT est composé de plusieurs éléments. Lors de la présentation du PACT en 2012, Soré Idrissa alors coordinateur adjoint du projet a présenté les quatre composantes dudit programme qui se déclinent comme suit :

  • Soutenir la création d’un cadre administratif et financier prévisible et transparent de gouvernance locale dans le contexte de la politique nationale de décentralisation.
  • Renforcer les capacités institutionnelles au niveau local pour gérer le développement local.
  • ?Renforcer l’obligation de rendre compte des collectivités territoriales.
  • Évaluer et administrer le projet.

« Favoriser un développement solidaire au Burkina Faso »

Cheick Kanté, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso s’est exprimé sur ce financement de la Banque mondiale :

« Ce financement supplémentaire appuiera le processus de décentralisation en améliorant le cadre d’exercice et l’efficacité opérationnelle des collectivités territoriales, conformément au Plan national de développement économique et social (PNDES), et plus précisément à son objectif visant à renforcer la décentralisation et à promouvoir la bonne gouvernance locale. Ces ressources additionnelles permettront non seulement d’améliorer la fourniture des services publics mais aussi de favoriser un développement solidaire au Burkina Faso. »

 


Leave a Comment