Share

En 2100, il y aura 4,5 milliards d’Africains, soit 40 % de la population mondiale


40% de l'humanité sera africaine d'ici 2100.
40% de l’humanité sera africaine d’ici 2100.

Actualité Afrique – Selon un rapport du département des affaires économiques et sociales (DESA) de l’ONU intitulé « Perspectives de la population mondiale », l’Afrique comptera près de 4,5 milliards d’habitants en 2100, soit 40 % de la population mondiale (11,25 milliards d’habitants).

 L’Afrique compte actuellement un 1,3 milliard d’habitants, soit 17 % de la population mondiale. En 2100, selon le rapport de l’ONU ce nombre devrait tripler. Ainsi, L’Afrique comptera donc 4,5 milliards d’habitants soit 40% de la population mondiale.

Pour l’instant, c’est le continent asiatique qui est le plus peuplé (60% de la population mondiale) du globe, avec la Chine et l’Inde en tête du classement des États les plus peuplés de la planète. Toutefois d’ici 2024 la population indienne dépassera celle de la Chine.

Par ailleurs, le continent asiatique subira une régression et représentera selon les estimations que 43% de la population mondiale. Les raisons de cette régression sont entre autres relatives au ralentissement de la croissance démographique chinoise puis son lent déclin dans la deuxième moitié du XXIe siècle.

Selon les chercheurs, l’Afrique subira la courbe de progression démographique la plus importante. Les chercheurs affirment que l’Afrique se trouve dans une phase intermédiaire de sa transition démographique. En effet, si le taux de mortalité baisse sensiblement, le taux de natalité quant à lui reste élevé.

Enfin selon le rapport en 2050, la croissance de la population mondiale sera pour moitié le fait de neuf pays, dont cinq pays africains (la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, la Tanzanie, l’Ouganda, et le Nigéria)

Des prévisions qui pourraient ne pas se réaliser…

Les prévisions démographiques de l’ONU pourraient toutefois ne pas se réaliser. En effet, suite à la déclaration du président français Emmanuel Macron qui considère la démographie africaine comme un frein au développement du continent africain la CEDEAO envisage une politique qui viserait à « contenir la croissance démographique ». Le taux de fécondité en Afrique est en moyenne de 4,7 enfants par femme. Si cette mesure est réellement appliquée, le nombre d’enfants par femme pourrait atteindre 3. Ce qui affecterait fortement les prévisions de l’ONU.


Leave a Comment