Share

Samory Touré contre une Afrique de l’Ouest inféodée


Samory Touré PORTRAIT – Le « Napoléon africain », ou l’ « Alexandre du Soudan français », comme on l’appelle, est une grande figure de la résistance à l’invasion coloniale en Afrique de l’Ouest. Pendant près de deux décennies, entre le début des années 1880 et 1900, il a réussi à tenir en échec les colons français qui essayaient de s’implanter à l’intérieur du continent africain. Qui est donc Samory Touré ?

Né en 1830 à Miniambaladougou, dans l’actuelle Guinée, l’Almamy Samory Touré est le fondateur de l’empire Wassoulou, qui s’étendait d’ouest en est de la Haute-Guinée à l’actuel Burkina-Faso, en passant par le nord de la Côte d’Ivoire. Son empire était limité au sud par la forêt tropicale, et au nord par le Sahara. Sa résistance à la pénétration et à la colonisation française en Afrique de l’Ouest ont fait de lui un héros pour les lutteurs pour l’indépendance de l’Afrique, quelques années plus tard.

Un chef de guerre aguerri

D’après la légende, la mère de Samory avait été capturée et réduite en esclavage dans le clan Cissé ; c’est ce qui a conduit ce jeune commerçant du clan Camara que rien ne prédestinait à la guerre à servir « sept ans, sept mois et sept jours » dans l’armée des Cissé, avant de s’enfuir avec elle. C’est là qu’il découvre sa vocation pour la guerre.

En 1860, à son retour chez lui, et après deux ans dans l’armée des Bérété, Samory est nommé chef de guerre et s’entoure de ses proches (frères et amis d’enfance) pour créer sa propre armée.
Après vingt ans de conquêtes, Samory Touré est à la tête de son propre royaume, le Wassoulou, et fait de Bissandugu la capitale. Il possède les mines d’or de Buré, et la ville de Kankan, un point névralgique du commerce dans la région.

La résistance aux colons

En 1881, Samory Touré refuse catégoriquement de mettre son royaume sous le protectorat français. De là, nait le conflit avec la puissance occidentale, qu’il affronte militairement dès février 1882. Samory est d’abord surpris par la discipline et la puissance de feu des armées de son adversaire. Les pertes sont lourdes.
Il doit donc changer de tactique, abandonnant l’affrontement frontal au profit de petites colonnes mobiles qui prennent les troupes françaises à revers dans la savane et les contraignent à se replier.

Pendant 16 ans, malgré son retard technologique, Samory Touré et son armée de 30000 hommes enchainent de nombreuses batailles contre les Français. Ses victoires, comme celle de Woyowayanko, retentissent à travers le pays et font sa renommée.
Samory remporte des batailles contre des colonnes françaises, mais il signe aussi des traités par lesquels il cède des territoires, pour éviter des affrontements qui causeraient trop de pertes humaines.

Les défaites des autres armées de la résistance et les gros moyens engagés par la France permettent d’organiser une attaque générale contre Samory. Il fut capturé en septembre 1898 et exilé au Gabon, où il meurt deux ans plus tard.

Samorty Touré était un guerrier habile et un fin stratège. Il est une icône de la résistance contre la colonisation en Afrique de l’Ouest. Même s’il n’a pas réussi à chasser les colons de ses terres, il aura obtenu de nombreuses victoires et il aura été un adversaire redoutable. L’historien Yves Person disait que « Ses hommes se battaient comme des diables, défendant farouchement chaque pouce de terrain ». L’artiste Alpha Blondy lui rend hommage dans sa chanson « Bory, bory Samori ».


Leave a Comment