Share

Congo-Brazzaville: Crise économique et mise en garde sécuritaire en guise de discours à la nation


Le président congolais Denis Sassou Nguesso
Le président congolais Denis Sassou Nguesso

Congo-Brazzaville (Africapostnews) – Le président congolais s’exprime sur la crise économique en cours. Bien que prenant la baisse du cours des matières premières comme responsable, il reconnait qu’une réorganisation de la société est nécessaire. Le chef de l’état met en garde contre les mouvements d’humeurs.

Lors de son discours à la nation, le président congolais Denis Sassou-Nguesso fait l’état des difficultés financières qui frappent le Congo.

Selon lui, la baisse des matières premières « réduit considérablement le champ d’action de l’état » ainsi que les recettes budgétaires et investissements publics. En effet, le gouvernement congolais avait parié sur la hausse rapide et continue du cours du pétrole, première exportation du pays.

Après avoir reconnu, l’incapacité de l’état de payer pensions et salaires, il prévient que ce n’est ni « la violence sociale » ni « les grèves intempestives » qui amélioreront la situation économique.
Le chef de l’état congolais condamne « les mouvements sociaux illégaux, sauvages et manipulés qui peuvent mettre en danger la vie ».

Comme piste de sortie de crise, il proclame nécessaire « la réorganisation de la société, le retour au travail et l’innovation ». Toutefois, le président affirme que la crise sera surmontée.

Cette allocution intervenue alors que le pays fêtait le 57ème anniversaire de son accession à l’indépendance n’est pas sans rappeler la dissimulation du Congo de son taux réel d’endettement.


Leave a Comment