Share

La CEDEAO devra encore patienter 7 à 10 ans pour le lancement de sa monnaie unique initialement prévu pour 2020


Pas de monnaie unique d'ici 2020
Le président nigérien recevant le president de la Commission de la CEDEAO ce lundi 14 août. © Présidence du Niger.

Africapostnews — Après une audience avec le président nigérien, le président de la Commission de la CEDEAO a indiqué que la création d’une monnaie unique au sein de la zone n’est pas envisageable à court terme.

Le rendez-vous a eu lieu ce 14 août à Niamey. Mahamadou Issoufou qui est aussi coordonateur de la coopération monétaire a accordé une audience à Marcel de Souza. La question concernant « Eco », la monnaie unique au sein de l’espace communautaire a été abordée.

De cette entrevue avec le président nigérien, il est sorti que le processus de création prendra plus de temps. Initialement prévu pour 2020, Marcel de Souza a exprimé ses doutes quant à la date butoir. Aussi, selon lui il ne faut pas se hâter dans un sujet aussi délicat.

« L’analyse des critères de convergence et de stabilité montre que c’est un pari qui ne pourra pas être tenu, surtout dans la précipitation » a-t-il indiqué. Il a ensuite ajouté que la CEDEAO « ne peut plus aller à la monnaie unique en 2020 ».

De nombreuses économies freinent l’établissement de la monnaie unique

Le chef de la Commission de la CEDEAO semble s’être accordé avec le président nigérien, en charge du dossier depuis 2013. Ainsi pour étayer sa thèse, Marcel de Souza est revenu sur les critères de convergence.

« Une économie est convergente lorsqu’il y a une politique budgétaire coordonnée à la fois avec une politique monétaire et une politique d’endettement. Ce qui n’est pas encore le cas actuellement pour nos Etats » a-t-il justifié.

Ensuite, il a pointé du doigt l’économie de certains pays de la CEDEAO qui ont un impact considérable sur la zone. C’est le cas du Nigéria qui est rentré en récession en 2016 et qui a vu son taux d’inflation atteindre 18%. Aussi, le Ghana a connu de nombreuses contraintes budgétaires et un taux d’inflation de 15%. De plus, la Côte d’Ivoire a accru son déficit budgétaire suite à la baisse des prix du cacao.

Or, selon Marcel de Souza, face à ces deux économies (Nigeria et Ghana), « les huit pays de l’UEMOA réunis et même en bonne santé économique, ne représentent en terme de PIB, qu’un peu au-dessus de 10%. »

Un projet plusieurs fois repoussé

Pour « constituer un marché commun », il faut résoudre la question des pluralités des monnaies selon Macky Sall. Seulement, les habitants de la sous-région devront encore attendre ce projet maintes fois repoussé.

Le chantier voit le jour dans les années 80. En 2000, le projet est lancé et est constitué de deux phases. Tout d’abord, la création d’une monnaie horizon 2015, dans la ZMAO (zone monétaire de l’Afrique de l’ouest). Ensuite, la fusion avec l’UEMOA pour la création d’une monnaie de la CEDEAO en 2020.

La première phase a connu de nombreux incidents. Le non-respect de la date de 2015 et les trois reports en 2003, 2005 et 2009 de la création de la monnaie dans la ZMAO. Ces événements ont poussé la CEDEAO a changé de stratégie.

Après 17 ans déjà, le processus est encore repoussé et ce rétropédalage est mal vu par les anti-CFA qui fantasme sur le spectre d


Leave a Comment