Share

Maroc : la vidéo d’une agression sexuelle collective dans un bus relance le débat sur la sécurité des femmes


Société Maroc – Dans la nuit de dimanche à lundi, la vidéo d’une agression sexuelle à l’arrière d’un bus est devenue virale sur les réseaux sociaux, créant l’émoi dans le pays. Elle vient relancer la question sur l’insécurité au Maroc, mais aussi celle sur la condition de la femme.

Au Maroc la toile s’est émue et désolé après la publication d’une vidéo choc dans la nuit de dimanche à lundi. Dans cette vidéo, l’on y voit une jeune fille se faire chahuter par plusieurs adolescents. Torses nus et hilares, ils la violentent, la déshabillent et la touchent dans ses parties intimes. Ni le chauffeur, ni les autres passagers n’interviendront pendant toute la durée de l’agression malgré les appels de détresse de la victime.

La scène se déroule à Casablanca, dans un bus de la ville. Concernant la date de l’agression rien n’est sur. Selon l’AFP, la compagnie M’dina Bus a indiqué que la vidéo datait du vendredi 18 aout. D’autres sources date l’agression à trois mois auparavant. Hier, les médias annonçaient l’arrestation de plusieurs mineurs. Une information confirmée par la préfecture de police de Casablanca. Elle révèle en effet dans un communiqué que six jeunes âgés entre 15 et 17 ans ont été arrêtés. Placés sous contrôle de police, ils devront répondre de leur implication présumée dans “un attentat à la pudeur commis avec violences contre une fille souffrant de troubles mentaux, l’enregistrement de ces actes sur vidéo et sa diffusion sur Internet”, révèle l’agence marocaine de presse.

Aussi, les enquêteurs ont réussi à identifier la victime même si elle n’a jusqu’ici pas porté plainte. Âgée d’une vingtaine d’années, elle souffrirait de troubles mentaux et résiderait dans le même quartier que ses agresseurs.

Difficile d’être une femme au Maroc ?

La condition de la femme est un sujet qui fait débat au Maroc. Débat aujourd’hui relancé avec cette agression. Si de nombreux commentaires ont fait part de leur consternation sur cet acte odieux, d’autres ont eux pointé du doigt la victime. La mettant au banc des accusés, ils l’ont qualifiée de « prostituée », « indécente » allant même jusqu’à mettre sur elle la responsabilité de son agression. « Vu comment elle est habillée, elle ne peut s’en prendre qu’à elle même ».

Des réactions qui reflètent la fracture de la société. En effet, la population marocaine est tiraillée entre conservatisme et modernisme. Les uns estiment qu’une femme se doit de porter le voile, pendant que les autres laissent le libre choix aux femmes. Un point de vue adopté par le royaume chérifien où le port du voile n’est pas obligatoire. Pourtant les agressions faites aux femmes ne cessent de se produire, et bien souvent en toute impunité.

. Il n’est malheureusement pas rare de lire dans la presse ces faits divers sur des agressions sexuelles ou non à l’égard des femmes. Selon des chiffres officiels, environ deux femmes sur trois sont victimes de violences et ce majoritairement dans les lieux publics. Cela sans compter les insultes faites à leurs égards.

Indignés, plusieurs internautes ont appelé à un sit-in ce 23 aout à Casablanca.

Hier soir une internaute s’interrogeait encore « 2/3 je suis horrifiée mais que fait-on pour protéger les femmes au Maroc ? » Une question qui mérite d’être posée au vu de l’ampleur du phénomène.


Leave a Comment