Share

Togo : des dizaines de milliers de personnes dans les rues appellent à la démission de Faure Gnassingbe


Les opposants dans les rues de Lomé le 6 septembre 2017
Les opposants dans les rues de Lomé le 6 septembre 2017 // DR Facebook Farida Bemba Nabourema

Togo (Africapostnews) – Plusieurs dizaines de milliers de personnes, peut-être des centaines de milliers selon plusieurs sources à Lomé, ont répondu à l’appel de l’opposition qui réclame la mise en œuvre immédiate de réformes démocratiques.

Le Combat pour l’alternance politique (CAP 2015), du Parti national panafricain (PNP) ont réussi leur pari en réunissant des dizaines de milliers de personnes à Lomé, la capitale, paralysant la circulation dans toute la ville.

Censé plaider pour un retour immédiat à la Constitution de 1992, le rassemblement géant de l’opposition s’est vite transformé en manifestation pour le départ du président Faure Gnassingbe, au pouvoir depuis 2005 et dont la famille gouverne le pays depuis 38 ans.

Malgré l’adoption la veille d’un avant-projet de réforme de la Constitution actant le retour du scrutin à 2 tours pour les élections uninominales et la limitation des mandats présidentiels, la foule des opposants a appelé à la démission de Faure Gnassingbe.

« Si Faure voulait vraiment des réformes démocratiques, les députés UNIR aurait voté la même réforme qu’il propose aujourd’hui en 2014. Nous voulons changer et on nous propose une réforme qui n’est même pas rétroactive pour qu’à terme Faure demeure au pouvoir pendant plus de 20 ans. Nous n’allons pas l’accepter », a déclaré à Africapostnews un opposant présent dans la manifestation.

Au sein du gouvernement, on joue la carte de l’apaisement. L’annonce de réformes démocratiques est vue comme un grand pas. Et des militant du parti au pouvoir, en plus petit nombre, ont également défilé en disant vouloir des réformes mais « dans la paix ».

Malgré les tensions palpables dans le pays, Faure Gnassingbe ne s’est toujours pas exprimé tandis que son premier ministre a dit travailler à rechercher une majorité des 4/5e au parlement pour faire adopter le projet de réforme de la Constitution. A l’appel de l’opposition, les manifestations devraient se poursuivre le jeudi 7 septembre.


Leave a Comment