Share

Kenya – Le président de la commission électorale s’adresse à l’opposition


Wafula Chebukati  Président de l’Independent Electoral and Boundaries Commission (IEBC)

Actualité Kenya – Après l’annonce d’une nouvelle équipe chargée d’organisation des prochaines élections présidentielles, le président de la commission électorale (IEBC) s’est adressé à l’opposition à travers un courrier.

La commission électorale kényane (IEBC) n’est pas restée de marbre aux menaces de boycott de l’opposant Raila Odinga. Après avoir annoncé qu’une nouvelle équipe serait en charge de l’organisation du scrutin du 17 octobre 2017, suite à l’annulation par la Cour suprême, du scrutin du 8 août, c’est son président qui a adressé un courrier à l’opposition.

Ainsi, dans ce courrier de 3 pages, le président de l’institution chargée des élections a réaffirmé son engagement de conduire cette nouvelle « élection présidentielle dans le strict respect de la constitution ».

Wafula Chebukati  revient ensuite sur les exigences de l’opposition. Il s’est engagé à prendre en compte les requêtes formulées par l’opposant Raila Odinga concernant les kits électroniques de transmission des résultats et la tenue d’un audit complet du système informatique de la commission. Cependant, concernant la révision du registre électoral, le président de l’IEBC s’est dit dans l’impossibilité d’accéder à cette demande. De même, il ne pourrait satisfaire la demande de Raila Odinga qui avait exigé également la participation des autres candidats à cette nouvelle élection. Wafula Chebukati a expliqué que cette demande n’était pas conforme aux dispositions prises par la cour suprême et suivies par la commission électorale.  

Ainsi, le 17 octobre prochain, les Kényans auront le choix entre le président sortant Uhuru Kenyatta  seul face à Raila Odinga candidat de la Super alliance Nationale (Nasa).  

Nomination d’une nouvelle équipe pour diriger les élections  

Mardi soir, Wafula Chebukati  , président de la commission (IEBC) avait nommé 6 hauts fonctionnaires, qui mèneraient le prochain scrutin jusqu’à son terme. Cette nomination avait vu la mise à l’écart du directeur général Ezra Chibola et James Muhati, directeur du pôle technologique, vivement critiqués pendant le premier scrutin.  

Ce remaniement n’a pas laissé le camp du président sortant Kenyatta de marbre, qui a tout de suite réagi au travers d’un communiqué. Dans cette missive datée du 6 septembre le parti au pouvoir le jubilee a estimé que la nouvelle équipe était partisane et s’est opposé à son déploiement pour le suivi des opérations du processus électoral.

En effet, pour de nombreux cadres du parti Jubilee , les hauts-fonctionnaires nommés sont pour la plupart des proches de ténors de l’opposition, et ne seraient donc pas digne de confiance.

Une position sur laquelle le président de la commission électorale est revenu, demandant au jubilee le respect du caractère indépendant de la commission et qualifiant ses accusations d’inacceptables.

À une cinquante de jours du prochain rendez-vous électoral, les tensions restent palpables malgré cette intervention de l’homme fort de l’IEBC , qui se veut pourtant rassurante et apaisante.  


Leave a Comment