Share

Côte d’Ivoire : des alliés de Gbagbo soupçonnés de menacer la sécurité du pays


Côte d’Ivoire Africapostnews – Un groupe d’alliés de l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, dont au moins un vivant en exil au Ghana voisin, seraient derrière une vague d’attaques cette année, a annoncé jeudi le ministre de l’Intérieur.

Trente-cinq personnes, dont plusieurs soldats, ont été arrêtées pour avoir participé à la violence, selon un communiqué publié par Sidiki Diakite à la suite d’une réunion du Conseil de sécurité nationale.

La plus grande économie de l’Afrique de l’Ouest francophone a été ébranlée par les mutineries, des protestations violentes d’anciens rebelles et une série d’attaques sur les prisons et les postes de police cette année.

La Côte d’Ivoire : une sécurité fragile

Les attaques ont soulevé des craintes quant à sa stabilité à long terme, plus de six ans après une crise prolongée qui s’est soldée par une guerre civile qui a tué plus de 3 000, lorsque Gbagbo a refusé de céder l’élection de 2010 au président actuel Alassane Ouattara.

Gbagbo a été capturé en avril 2011, il est actuellement jugé devant la Cour pénale internationale pour des accusations de crimes de guerre, mais beaucoup de ses alliés ont été pardonnés.

« Il est clair que la clémence qui leur a été offerte en vue de la paix et de la réconciliation n’a pas été comprise par eux, et ils continuent à constituer une menace », a déclaré le ministre.

Les représentants du gouvernement ghanéen n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter ces allégations. La Côte d’Ivoire a accusé Accra de ne pas faire assez pour retrouver les partisans de Gbagbo.

Au vu des événements actuels, il semblerait que le pays soit confronté à une perspective d’instabilité pour choisir le successeur de Ouattara en 2020.

Source : Reuters


Leave a Comment