Share

[Opinion] Le narcissisme obsessionnel des 0% de la politique gabonaise


Raymond Ndong Sima et Bruno Ben Moubamba
Raymond Ndong Sima (Gauche) et Bruno Ben Moubamba (Droite)

Gabon Politique – Sans passer par mille chemins, il faut à un moment donné essayer de comprendre ce qui fait la base transcendantale ou le socle métaphysique de certains de nos hommes politiques africains. A cet effet, deux politiques gabonais nous intéressent largement dans cet essai d’analyse politique : Raymond Ndong Sima (RNS) et Bruno Ben Moubamba (BBM).

En effet, voici deux personnages atypiques, aux trajectoires pas identiques a priori, mais suffisamment proches du point de vue de la morale politique. Sans revenir sur leurs parcours, nous allons simplement livrer leur bref portrait psychologique, ou du moins le fondement de leur positionnement politique. Pour y arriver, il ne suffit pas de parler d’eux sans se baser sur les faits. Alors, nous nous sommes focalisés sur leur démarche et surtout sur leur philosophie politique afin de recouper les indices qui mènent à les mettre ensemble, d’une part, et à en faire le sujet de la présente analyse, d’autre part.

Position, positionnement et prise de position

Pour exister sur la scène politique gabonaise, RNS et BBM s’illustrent par un cheminement politique erratique, voire, bigarré. L’un et l’autre ont été partout à la fois en moins de 15 ans de carrière politique. RNS : (…), UGDD, PDG, INDEPENDANT ; BBM : (…), INDEPENDANT, UNION NATIONALE, UPG, ACR.  Cette accumulation de partis, à l’image des joueurs de foot et leur mercato en clubs, loin de rendre service, trahit une instabilité politique et morale, ajoutée aux nominations plus drolatiques que prolifiques dans différents gouvernements du régime Bongo. En d’autres termes, ces pirouettes et acrobaties politiques ne sont pas sans conséquences dévastatrices sur ces deux individus, comme l’indiquent leurs récentes sorties médiatiques.

Pour arriver à leurs fins, ces deux hommes politiques procèdent de la même façon. Ils commencent par casser le système PDG afin d’attirer l’attention principalement de Bongo père et fils. Ensuite, ils intègrent et font fonctionner ce système sans jamais faire mieux que celles et ceux qu’ils critiquent avec condescendance. Enfin, ils vomissent le système pour se repositionner en conquérants du pouvoir. Jusque là c’est leur liberté d’aller et venir comme et autant qu’ils veulent. Toutefois le problème, c’est quand ils tentent chaque fois de se servir du peuple pour nourrir leur égo trop con-centré, trop déconcertant.

Slogans volcans pour quels résultats ?

Chez BBM, il faut entendre par « Gabon d’après », un Gabon possible, probable, rêvé, mais aussi et surtout, que le Gabon d’aujourd’hui est pourri et insoutenable et, que lui seul BBM en est l’homme providentiel. D’ailleurs, il utilise régulièrement ce terme « Providence » à outrance et à dessein. Cependant, c’est clairement naïf de croire qu’on peut construire le « Gabon de demain » avec le vieux système qu’est le PDG – Emergent. Il casse ce système en affranchissant littéralement Bongo Ali. C’est une contradiction démentielle.

Quant à RNS, rendez-vous compte qu’après avoir dénoncé le processus électoral, fait observer les irrégularités préjudiciables, demandé à ne pas aller à l’élection 2016, dénoncé les « petits arrangements » dérangeants, RNS a bel et bien participé lui – même à ce scrutin, a cautionné les résultats de la Tour de Pise en répondant présent à l’investiture du perdant imposteur. Il dit aujourd’hui que ces mêmes résultats sont largement contestables, que l’opposition a échoué (Autrement dit d’abord les autres), y compris lui – même (sans dire à quel niveau). Le comble de l’auto contradiction !

Stratégie politique ou loisirs des tropiques 

C’est ainsi que nous avons pu résumer la « stratégie politique » (Pour ne pas dire la fourberie politique) de RNS et BBM comme il suit :

{Tout le monde se trompe, tout le monde vous trompe, sauf Moi. je suis le seul qui vaille, je suis honnête, je suis compétent, le provident et le mieux préparé à la tâche}.

Normalement en politique, dès que ce jeu du faux semblant devient clair, même pour les enfants, il vaut mieux laisser tomber, car ça ne mord plus. Il vaut mieux aller se reposer et écouter le bruissement spirituel de la nature, dans un lieu sain, en pratiquant la bienveillance, en cultivant la contradiction méthodique et non sophistique. Pour vous convaincre davantage, soulignons que la qualité d’un homme politique se résume aussi à la quantité de la qualité des hommes et des femmes qui l’entourent. Question : qui entoure RNS et BBM ? De si grosses têtes réunies pour 0,1% ou alors c’est un concentré d’aigreur, de prétentions et de suffisance exacerbées ?

Narcissisme et folie

RNS comme BBM, est un solitaire messianique providentiel. C’est une figure qui pense (comme Jésus) que : {Pas de vie sans Moi. Toute la vie avec Moi}. Ce sont deux archétypes (au sens de Carl Gustav Jung) du narcissisme. Le problème des narcisses africains, notamment gabonais, qui dépasserait certainement le Narcisse grec (cf Le Caravage), est l’autocongratulation quand tout va bien, et l’accusation systématique des autres quand tout va mal. Autrement dit, sauf eux deux, tous ceux qui sortent et restent dans le système PDG sont médiocres et bornés. RNS et BBM, c’est le même, mais différé par l’âge, les moyens et le tempérament.

Si par courtoisie on peut encore admettre que ces deux personnages sont compétents, il est tout aussi admissible qu’ils ne soient pas assez compétitifs (capacité aussi à reconnaître les compétences supérieures des autres, accepter de perdre, valider et valoriser la victoire ou le succès des autres, admettre la figure de l’autre par excellence et par principe), parce que pas prêts à s’intégrer dans l’autre et l’autrement qu’eux – mêmes.


2 Comments on this Post

  1. Incredible quest there. What occurred after?
    Good luck! http://buscarendaextra.com.br/user/profile/42

    Répondre
  2. Incredible quest there. What occurred after? Good luck! http://buscarendaextra.com.br/user/profile/42

    Répondre

Leave a Comment