Share

[Portrait] Angola : José Eduardo dos Santos, 38 ans de pouvoir et une sortie par la grande porte


africapostnews-elections-angola-observateurs-union-europeenne
Le Président José Eduardo dos Santos (crédit photo : IMATIN)

Angola (Africapostnews) – Le 10 septembre 1979, Agostinho Neto, le premier président de la République angolaise mourrait en Russie. Le même jour, José Eduardo dos Santos qui était alors vice-Premier ministre en charge du Plan est désigné comme nouveau leader du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) et Président de la République.

Ce 26 septembre 2017, 38 ans après son accession à la magistrature suprême, José Eduardo dos Santos quittera le pouvoir qu’il a exercé sans discontinuer.

Né en 1942 d’un père tailleur de pierre originaire de Sao Tomé-et-Principe et d’une mère employée de maison, José Eduardo dos Santos a fait ses études en Angola avant de les poursuivre dans l’ex Union soviétique. Etudiant, il s’était très vite engagé dans les mouvements révolutionnaires contre les colons portugais. En 1961, il rejoint le MPLA qu’il ne quittera plus malgré un bref exil dans l’actuelle République démocratique du Congo (RDC).

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur du pétrole et de télécommunications obtenu en Azerbaïdjan, il rentre exercer au Cabinda, une enclave au sein de son pays. En 1975, il commence son ascension politique. En septembre 1975, il est nommé membre du comité central et du bureau politique du MPLA en charge de la coordination des activités politiques et diplomatiques du Cabinda.

Le conflit avec l’UNITA, moment décisif de sa présidence

A la fin de la guerre d’indépendance d’Angola, il est propulsé ministre des Relations extérieures avant d’être nommé vice-Premier ministre en charge du Plan en décembre 1978.

En septembre 1979, devenu président d’un pays en guerre civile, il mène le conflit contre la rébellion de l’Union Nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) de Jonas Savimbi. Soutenu par l’Union soviétique et par Cuba, il affronte un adversaire qui a pour soutien l’Afrique du Sud de l’apartheid et les Etats-Unis d’Amérique.

Le début des années 90 marque l’accélération des négociations pour la paix entre José Eduardo dos Santos et l’UNITA. Un accord de paix est signé en 1991. La première élection présidentielle multipartite organisée en 1992 est remportée par José Eduardo dos Santos et le MPLA. Sortant, dos Santos obtient 49,57% des suffrages au premier tour. La contestation de ce score par Jonas Savimbi entraine un conflit de 3 jours qui a fait au moins 30 000 morts. Jamais le second tour de cette élection n’aura été organisé.

Réélu à toutes les élections, José Eduardo dos Santos a profité de la manne pétrolière pour accélérer le développement de l’Angola. Cependant, la faible diversification de l’économie angolaise fait que le pays demeure particulièrement sensible aux variations des cours du pétrole.

 En février 2017, José Eduardo dos Santos avait annoncé qu’il n’était pas candidat à sa propre succession, ouvrant les voies de la Président à son poulain, Joao Lourenço, élu sans difficulté le 23 aout dernier.


Leave a Comment