Share

La société civile africaine saisit la CPI contre Nicolas Sarkozy pour l’assassinat de Kadhafi


Plainte à la CPI contre Sarkozy
Nicolas Sarkozy et Muammar Kadhafi, le 25 juillet 2007 à Tripoli. Photo : AFP

Libye News – Une quinzaine d’associations et de mouvements africains ont déposé une plainte le samedi 7 octobre dernier à la Cour Pénale Internationale contre Nicolas Sarkozy pour l’assassinat de Kadhafi.

Le groupement est composé d’associations et de mouvements d’activistes de la société civile africaine provenant de divers pays du continent (Burkina Faso, Guinée, Sénégal, entre autres). Les différents membres se sont rencontrés à Bamako – capitale malienne – le week-end dernier. De cette réunion a débouché la création du FISPA (Front panafricain de la société civile) pour « défendre l’Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l’homme ».

Une de leur première action officielle a été de déposer une plainte à la CPI contre Nicolas Sarkozy. L’ancien président français est accusé d’avoir provoqué l’intervention en Libye ainsi que la mort du colonel et ancien président libyen, Mouammar Kadhafi en 2011.

L’interventionnisme occidental pose problème

« Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l’assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent africain, et sur les populations africaines. Voilà pourquoi nous adhérons à ce combat » a expliqué l’activiste guinéen Elie Kamano au journal RFI.

« Si la CPI ne réagit pas, cela voudrait dire que la CPI choisit ses clients » a rajouté Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien et parrain du FISPA.

Cette action manifeste une fois de plus l’agacement de la société civile africaine face à l’interventionnisme occidental et ses conséquences sur le continent.

Rappelons que depuis l’intervention en Libye, le pays continue de subir une crise politique mais aussi économique avec le pilier de son économie – le secteur pétrolier – en difficulté. Ajouté à cela, la chute des cours du baril de pétrole et les attaques des milices dans les unités de production empêchent les caisses de l’Etat de se remplir et le déficit budgétaire a déjà atteint 4 milliards de dollars cette année.


Leave a Comment