Share

Gabon : pourquoi un huissier et des hommes armés ont débarqué chez Jean Ping


Jean Ping (à gauche) et Hervé Patrick Opiangah
Jean Ping (à gauche) et Hervé Patrick Opiangah

Gabon (Africapostnews) – Jean Ping, le leader l’opposition gabonais a vu débarquer à son domicile plusieurs hommes armés et un huissier de justice. Selon les informations recueillies par Africapostnews, ils seraient venus pour saisir 2 biens immobiliers de Jean Ping dans le cadre d’une affaire qui l’oppose à Hervé Patrick Opiangah, un proche d’Ali Bongo.

En janvier 2015, Hervé Patrick Opiangah avait porté plainte contre Jean Ping pour diffamation. Quelques semaines plus tôt, le 12 janvier de la même année, un groupe de jeunes qui avaient attaqué et caillassé le domicile de Jean Ping avait été appréhendé et livré aux forces de l’ordre.

Parmi ces jeunes, certains avaient cités Hervé Patrick Opiangah  comme commanditaire de l’attaque du domicile du leader de l’opposition gabonaise. A la suite de ces évènements, Jean Ping n’avait pas hésité à lui aussi accuser le Président de l’UDIS.

« Sous la houlette de certains cadres de ce régime dont Hervé Patrick Opiangah, homme de main du Président (NDLR Ali Bongo Ondimba), une bande de vandale s’est permise d’attaquer et de saccager une partie de mon domicile ce matin à Libreville », avait déclaré Jean Ping.

Une persécution de plus contre le Président « élu »

Étonnement alors que l’opposant était la victime, son domicile ayant été saccagé, la justice gabonaise a donné gain de cause à Hervé Patrick Opiangah en condamnant Jean Ping à lui verser des centaines de millions FCFA.  Le patron de la Coalition pour la nouvelle République s’est toujours refusé à verser une quelconque somme d’argent à Hervé Patrick Opiangah, considérant qu’il avait bénéficié d’un déni de justice et d’une justice politique. Dans le même sens, Sidonie Flore Ouwé, l’ancien procureur de la République, avait annoncé l’ouverture de poursuites contre Jean Ping pour violation de droits de l’homme suite à une plainte du parquet pour « coups et blessures volontaires » assortis de séquestration et torture physique infligées à des jeunes.

Selon un proche de Jean Ping interrogé par Africapostnews, afin de pouvoir « restituer » à Hervé Patrick Opiangah les centaines de millions FCFA qu’il attend de Jean Ping, la justice a dans un premier temps voulu se servir sur les comptes de Jean Ping ouverts au Gabon et saisis depuis plusieurs années. Cependant, il n’y avait pas assez de provisions pour exécuter la décision de justice. C’est ainsi qu’ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure en allant directement saisir deux biens immobiliers de Jean Ping (sa résidence principale et sa résidence annexe).

Au sein de l’opposition gabonaise on voit dans cette action de la justice et de la police judiciaire gabonaise une persécution de plus contre celui qui se considère toujours comme le président élu par les gabonais le 27 aout 2016.


1 Comment on this Post

  1. Ayo Blandine

    Je pense sérieusement que ceux qui agissent ainsi ne sont pas conseillés, jusqu’à ce que la sentence finale tombé. Arrêtez votre char…cesses de persécuter celui que les gabonais ont voté. Vous allez droits au mur,c est la farce de trop

    Répondre

Leave a Comment